Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs du Nord montent au créneau contre un vaste projet de rachat de terres dans le Douaisis

vendredi 14 septembre 2018 à 21:31 Par Winny Claret, France Bleu Nord

Une trentaine d'exploitants ont défilé dans Douai, ce vendredi matin, pour dire leur opposition au projet de la communauté d'agglomération du Douaisis, qui compte préempter trois cents hectares de terrains, dont deux tiers de terres agricoles entre 2019 et 2029.

Betteraves, endives, chicorée ou encore tabac... "Tout ce que l'on ne pourra plus jamais cultiver sur les futures zones industrielles", explique Mathieu Delport
Betteraves, endives, chicorée ou encore tabac... "Tout ce que l'on ne pourra plus jamais cultiver sur les futures zones industrielles", explique Mathieu Delport © Radio France

Douai, France

L'heure est à la négociation mais les discussions sont bien mal embarquées entre élus de la communauté d'agglomération du Douaisis (CAD) et agriculteurs. 

Ce vendredi matin, les exploitants sont venus dire non au projet de rachat de terrains de la CAD. Trois cents hectares préemptés, dont environ deux-cent-dix de terres agricoles et quatre-vingt-dix de friches industrielles.

Une aberration pour François Fontenier, secrétaire général de la FDSEA du Nord.

Il y a encore beaucoup de friches et de bâtiments industriels inoccupés dans la région. Pourquoi occuper nos terres agricoles?

Des terrains en friches qui coûtent souvent très cher à dépolluer.  De son côté la CAD assure que de nombreuses fermes ne sont pas reprises après les départs en retraite des paysans. Et que ces derniers se montrent très peu coopératifs lorsque la communauté d'agglomération propose leur rachat.

Deux tracteurs ont déversé de la terre et des branchages devant l'hôtel communautaire, ce vendredi, pour montrer au président de la CAD ce qu'il sacrifiait à travers son projet - Radio France
Deux tracteurs ont déversé de la terre et des branchages devant l'hôtel communautaire, ce vendredi, pour montrer au président de la CAD ce qu'il sacrifiait à travers son projet © Radio France

Le développement économique avant tout

Selon les élus, le principal intérêt de ce projet, c'est la création d'emplois dans le Douaisis. La CAD prévoit la création de neuf mille postes en dix ans grâce à l'arrivée de nouvelles entreprises sur ces 300 hectares.

Entre zones industrielles et surfaces agricoles, le choix est fait pour le président de la communauté d'agglomération, Christian Poiret, qui prend l'exemple d'Amazon. En 2013, le géant de la vente en ligne a installé une plateforme logistique de cent trois hectares à Lauwin-Planque.

Aujourd'hui, sur le site d'Amazon, cinq mille personnes travaillent tous les jours. Entre septembre et décembre, elles sont huit mille. Pour moi la messe est dite.

Difficile, pour les agriculteurs, de peser dans la balance. Le calcul est rapide : trois cents hectares, c'est l'équivalent de cinq exploitations. On compte en moyenne douze emplois autour d'une exploitation. Un tel projet menacerait donc une soixantaine de travailleurs agricoles. 

Agriculteurs pollueurs?

Une trentaine de tracteurs entouraient la Communauté d'agglomération du Douaisis, ce vendredi matin. Les manifestants ont attendu des excuses publiques de Christian Poiret, en vain. - Radio France
Une trentaine de tracteurs entouraient la Communauté d'agglomération du Douaisis, ce vendredi matin. Les manifestants ont attendu des excuses publiques de Christian Poiret, en vain. © Radio France

S'ils ont exprimé leur inquiétude, les manifestants étaient aussi venus demander des excuses publiques de la part de Christian Poiret. Ils dénoncent des propos tenus, début septembre, lors de la Foire Expo de Douai. Le président de la CAD estimait alors que l'industrie polluait moins que les agriculteurs qui épandent du glyphosate dans leurs champs.

"Mots très violents", "provocation", les exploitants assurent pourtant qu'ils n'utilisent les produits phytosanitaires que très ponctuellement. Une promesse à laquelle ne croit pas Christian Poiret.

Si les agriculteurs n'épandent pas de glyphosate en trop forte dose, alors pourquoi le gouvernement et l'Union européenne veulent le limiter?

Les contours du projet doivent encore être définis. Le schéma de cohérence territoriale (SCoT) dans lequel il s'inscrit ne sera voté qu'à la fin 2019.