Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'interminable attente des agriculteurs en reconversion bio

jeudi 24 août 2017 à 17:49 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

En Meurthe-et Moselle, les agriculteurs bio n'ont reçu qu'une partie des aides européennes promises lors de leur reconversion. Ils sont 37 dans le département. Parmi eux : Walter Michel, céréalier à Ormes-et-ville, dans le Saintois, contraint de négocier avec son banquier.

Walter Michel cultive ses céréales bio sur 170 hectares de terrain
Walter Michel cultive ses céréales bio sur 170 hectares de terrain © Radio France - Angeline Demuynck

Walter Michel a décidé de sauter le pas du bio en 2015, motivé par l'annonce d'aides généreuses. Mais depuis, ce céréalier installé à Ormes-et-ville dans le Saintois, n'a touché qu'un tiers des sommes promises par l'Union européenne pour 2015 et 2016 : 34.000 euros sur les 106.000 prévus. "Quand on est en conversion, explique t-il, on divise par deux les rendements et on n'a pas encore le prix du bio. Ce sont deux années difficiles en trésorerie". L'agriculteur comptait donc sur le coup de pouce européen : "On nous dit "on nous donne tant", on le prend en compte, on prévoit un budget, et au final on se retrouve le bec dans l'eau", déplore t-il.

Walter Michel a investi dans une machine qui nettoie les graines de ses céréales bio - Radio France
Walter Michel a investi dans une machine qui nettoie les graines de ses céréales bio © Radio France - Angeline Demuynck

Depuis deux ans, Walter Michel compte sur son banquier pour avancer les frais. " L'année dernière on a pu faire des reports d'annuités mais plus les années passent, plus on se décale. Cet hiver, cela va être très compliqué si rien n'avance", s'inquiète le céréalier.

Intervention du Conseil départemental

Pour venir en aide aux 37 agriculteurs en reconversion en Meurthe-et-Moselle, le conseil départemental envisage d'avancer une partie de l'argent. Une enveloppe de 500.000 euros devrait être débloquée d'ici à la fin du mois de septembre 2017.