Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Grâce au service de remplacement, les agriculteurs aussi prennent des vacances

vendredi 10 août 2018 à 16:50 Par Suzon Tisseau, France Bleu Maine

Il y a une vingtaine d'années, moins d'un quart des agriculteurs partaient en vacances. Depuis quelques temps, ils sont de plus en plus nombreux, même si leur nombre reste inférieur à la moyenne nationale. Une amélioration en partie due au service de remplacement.

Loïc et Sylvie Engoulvent entourés des membres de la section Loué du service remplacement, Marie-Céline Dubois et Loïc Pageot
Loïc et Sylvie Engoulvent entourés des membres de la section Loué du service remplacement, Marie-Céline Dubois et Loïc Pageot © Radio France - Suzon Tisseau

Éleveurs laitiers à Crannes-en-Champagne, Loïc Engoulvent et sa femme Sylvie n'ont jamais hésité, ils se sont toujours débrouillés pour partir en vacances, au moins une semaine par an. Au début, ils s'arrangeaient avec leurs voisins ou leurs proches. Désormais, ils font appel au service de remplacement. Lorsqu'ils en ont besoin, un salarié vient les remplacer sur leur exploitation.

"On sait qu'on a quelqu'un sur qui on peut compter, qui s'occupe de notre élevage." Pour l'agriculteur sarthois, le service permet de partir l'esprit tranquille. La personne sur place est censée être capable de gérer les imprévus. Comme cet été, lorsqu'une barrière s'est cassée et que le troupeau s'est échappé. "Le salarié s'est fait aider par le voisin, il n'y a eu aucun problème", sourit l'éleveur.

Un décrochage pas évident

Loïc et Sylvie en ont bien conscience : ils sont peu dans leur profession à s'accorder régulièrement quelques jours de répit. "Au-delà des difficultés financières, il y en a beaucoup qui sont incapables de lâcher leur exploitation, même pour deux ou trois jours. C'est toute leur vie", regrette Loïc. 

En France, selon un sondage du site spécialisé Terre-net seul un agriculteur sur deux part en vacances chaque année alors que d'après une étude de l'INSEE, c'est le cas de 65% des Français.

Dans la peau du remplaçant

Pour s'assurer d'un remplacement sans difficultés bêtes et évitables, le couple d'agriculteurs sarthois a pris certains réflexes. "On se met dans la peau du remplaçant, explique Sylvie. On essaie de tout mettre sur le papier, tout noter."

Difficile en effet pour les salariés de jongler entre les différentes exploitations, chacune a ses spécificités, son matériel, ses animaux. Pour Loïc Pageot, président de la section de Loué du service de remplacement, c'est aussi une chance pour les salariés : "Ils accumulent de l'expérience, voient différentes méthodes, c'est une bonne opportunité pour ceux qui veulent ensuite se lancer".  

Le service de remplacement recrute en permanence, un minimum d'expérience en agriculture et surtout de la motivation sont requis.