Agriculture – Pêche

Les agriculteurs qui fixent les prix : Macron le souhaite, la confédération paysanne en Franche-Comté y croit !

Par Marion Streicher, France Bleu Besançon jeudi 12 octobre 2017 à 11:21

La confédération paysanne en Franche-Comté approuve les annonces d'Emmanuel Macron
La confédération paysanne en Franche-Comté approuve les annonces d'Emmanuel Macron © Maxppp - maxwatier

Des prix fixés par les agriculteurs et non plus par la grande distribution : c'est l'esprit des mesures annoncées ce mercredi par Emmanuel Macron. En Franche-Comté la confédération paysanne y croit, et demande en cas de non respect du contrat que des sanctions soient mises en place.

Il y a un raz le bol de la guerre des prix

Il y aura bientôt une loi pour rééquilibrer les prix entre agriculteurs et distributeurs.. Cela fait des années que les paysans disent ne plus survivre avec les prix fixés par la grande distribution. Emmanuel Macron propose que les prix soient désormais fixés à partir des coûts de production et non plus en fonction des marges distributeurs. Comme pour la loi travail, le président veut légiférer par ordonnances, aller vite, pour que les prix dès 2018 soient fixés par les agriculteurs et non plus par la grande distribution. "Nous on y croit vraiment" : le secrétaire national e la confédération paysanne, le jurassien Nicolas Girod est assez enthousiaste. Son syndicat a porté cette demande dès le début des Etats généraux sur l'alimentation. "La reconnaissance de notre travail passe par un revenu" rappelle Nicolas Girod qui se dit confiant pour l'application du contrat car il a pu constater durant les états généraux que tous les acteurs ont joué le jeu, les agriculteurs bien sûr mais aussi la grande distribution. Nicolas Girod estime que l'on est à un tournant : "il y a un raz le bol de cette guerre de prix qui finalement n'enrichit personne". Nicolas Girod qui préconise en passant la mise en place de sanctions si le contrat n'est pas respecté. En attendant Nicolas Girod se réjouit également de la méthode utilisée par le président. Les ordonnances permettront d'aller vite "il y a urgence, la contrainte législative est essentielle, on ne pouvait pas se limiter à des intentions" explique le représentant de la confédération paysanne.

Il faut rajeunir les filières

Va t-on vers une augmentation des prix pour le consommateurs ? On peut se poser la question. Augmenter les prix, Nicolas Girod imagine que cela arrivera peut être mais selon lui cela correspondra forcément à une montée en gamme. Emmanuel Macron demande d'ailleurs aux agriculteurs de s'organiser en filière pour adapter les produits aux nouvelles attentes des consommateurs notamment en terme de qualité. La confédération paysanne se dit prête à travailler avec les autres syndicats "Les filières vont devoir prendre de la hauteur" prévient Nicolas Girod. "Elles vont devoir se rajeunir, on ne fera pas une nouvelle politique avec des outils du passé . Les inter-professions, les organisations de producteurs, les filières vont devoir intégrer le pluralisme syndical, les associations de consommateurs, la société civile, c'est un gros chantier mais on y croit Conclue optimiste le secrétaire national de la confédération paysanne.

"on ne fera pas une nouvelle politique avec des outils du passé, il faut rajeunir les filières" explique Nicolas Girod