Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agriculteurs sarthois redoutent de nouvelles restrictions d'eau

-
Par , France Bleu Maine

Un projet d'arrêté préfectoral sur les sécheresses fait craindre aux agriculteurs de nouvelles restrictions d'irrigation. Elles auraient des conséquences désastreuses sur l'agriculture affirme la FDSEA. Des actions sont prévues cette semaine pour alerter les élus.

Ce projet d'arrêté cadre sécheresse est en consultation publique
Ce projet d'arrêté cadre sécheresse est en consultation publique © Maxppp - Pierre DESTRADE

Les agriculteurs sarthois s’opposent à de nouvelles restrictions d’irrigation. Plusieurs actions à l'appel de la FDSEA sont prévues entre le mercredi 27  et le vendredi 29 mai dans différents cantons du département, au Mans, La Suze, Conlie, La Flèche, Sablé etc.

"En cas de sécheresse, on nous coupe le robinet beaucoup plus tôt", un céréalier sarthois

En cause, un projet d’arrêté de la préfecture en cours de consultation qui prévoit un durcissement des conditions d’irrigation en cas de sécheresse. "Quand on manque d'eau, c'est normal qu'il y ait des restrictions, mais là, les bases de calcul ne sont plus les mêmes. Il suffirait que le niveau des cours d'eau baisse un tout petit peu pour que les agriculteurs n'aient plus le droit d'irriguer", estime Dominique Rousseau, secrétaire général de la FDSEA. "En cas de sécheresse, on nous coupe le robinet beaucoup plus tôt", résume Eric Loyau, président de la section irrigation du syndicat.

Des risques de faillites

Les conséquences pourraient être désastreuses, prévient Dominique Rousseau qui est spécialisé dans la production de semences de maïs : "On touche à quelque chose de vital, sans eau on ne fait plus rien. Si je ne peux pas irriguer, je n'ai plus qu'à arrêter le métier. On craint des faillites en cascade, l'arrêt de l'activité pour de nombreux agriculteurs mais aussi dans l' industrie agroalimentaire."

Pour prévenir les sécheresses mieux vaut un plan ambitieux de stockage de l’eau, affirme Eric Loyau : "on a eu un hiver très pluvieux avec des inondations, si on avait pu stocker une partie de l'eau qui est tombée, aujourd'hui on pourrait l'utiliser dans nos cultures. Nous n'aurions plus besoin d'aller la puiser dans les réserves souterraines et les rivières."

Une question sur laquelle les agriculteurs espèrent sensibiliser les élus et la préfecture avec leurs manifestations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu