Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les arboriculteurs de Drôme et d'Ardèche prévoient des dégâts après le gel de la nuit

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les températures sont descendues jusqu'à -3 degrés par endroits dans la nuit de jeudi à vendredi en Drôme et en Ardèche. Les arboriculteurs ont lutté contre le gel, parfois toute la nuit mais des parcelles devraient quand même être endommagées.

Illustration : dégât du gel sur un abricotier.
Illustration : dégât du gel sur un abricotier. © Maxppp - Christian Watier

Le gel a fait ses premiers dégâts sur les fleurs des arbres fruitiers de Drôme et d'Ardèche. Les températures sont descendues en-dessous de 0°C dans la nuit de jeudi à vendredi dans de nombreux secteurs des deux départements avec même des relevés à -3°C par endroits. Surtout, il a fait froid longtemps. De nombreux arboriculteurs ont donc veillé toute la nuit. Certains ont protégé leurs parcelles avec des chaufferettes, des bougies ou de l'arrosage. Malgré leurs efforts, les dégâts pourraient être significatifs sur quelques parcelles. 

Les abricots des Baronnies impactés 

Les arboriculteurs ne pourront mesurer l'ampleur d'éventuels dégâts que dans les jours à venir mais, d'ores-et-déjà, Franck Bec, président du syndicat de l'abricot des Baronnies, estime que certaines parcelles seront détruites à 25 % voire 50 %.  

A Moras-en-Valloire, dans le nord de la Drôme, Joris Miachon estime lui aussi que les dégâts seront importants sur les parcelles les plus basses. "On n'est pas loin de la catastrophe sur certains vergers", affirme l'arboriculteur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu