Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les attaques de loups se multiplient en Provence

lundi 24 septembre 2018 à 2:43 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence

Avec près de 300 cas recensés dans les Bouches-du-Rhône et le Var, les attaques de loups contre les animaux d'élevage se multiplient en Provence.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Patrice HAUSER

Var, France

"Loup, y es-tu ?" Si vous chantez cette comptine en Provence, la réponse est oui. Le grand prédateur sévit dans les élevages de Provence, en quête de nourriture. La semaine dernière, 25 brebis et agneaux ont été tués dans une bergerie des Alpes-de-Haute-Provence. Et le phénomène tend à se banaliser, avec 300 attaques comptées en Provence depuis le début de l'année.

Une législation décriée 

En France, 42 tirs de ''prélèvement'' de loups sont autorisés chaque année pour modérer l'installation de l'animal dans les territoires. Dans les Bouches-du-Rhône, seuls trois éleveurs sont répertoriés dans une zone de ''risque d'attaque''.  C'est le cas de Jean-Michel Gauthier,  éleveur de chèvres à Vauvenargues : ''J'ai suivi toute la réglementation possible pour protéger mes bêtes des loups, et les loups m'en ont mangé trois. Il a fallu que je retrouve les carcasses, sur plus de 100 hectares, avec une pente infernale'', explique t-il. 

Si Jean-Michel insiste autant pour retrouver les restes de ses bêtes, c'est qu'elles sont indispensables à un éventuel remboursement. Une fois les bêtes retrouvées, l'éleveur fait appel à un lieutenant de louveterie qui détermine si la morsure est bien causée par un loup sauvage. ''C'est tellement difficile, tellement de stress et de travail en trop', s'attriste Jean-Michel, visiblement ému. Je languis la retraite''.