Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les chalutiers contraints de s'équiper de dispositifs acoustiques pour limiter les captures de dauphins

Pour limiter les captures accidentelles de dauphins, les chalutiers qui naviguent dans le Golfe de Gascogne doivent désormais être équipés pendant toute l'année de dispositifs acoustiques. Environ 10.000 cétacés sont tués chaque hiver en raison des activités de pêche.

Cet été, la Commission européenne a accusé la France de ne pas respecter ses obligations envers le dauphin commun, une espère protégée. Elle estime que le France, mais aussi la Suède et l’Espagne, n’ont pas pris suffisamment de mesures pour empêcher les prises accidentelles de dauphins par les navires de pêche. 

La France a donc été obligée de réagir. La ministre de la Mer Annick Girardin "a présenté en octobre 2020 un plan fondé sur l’amélioration des connaissances du phénomène qui prévoit d’imposer des pingers" (dispositifs acoustiques destinés à éloigner les cétacés) "à tous les chalutiers" explique le Fonds international pour la protection des animaux, l’IFAW.  

Annick Girardin a publié un arrêté qui oblige, dès aujourd’hui, l'ensemble des chalutiers à s'équiper de ces dispositifs, ce qui fera passer de 40 à 80 le nombre de navires équipés, précise le ministère, indiquant qu'au moins 25% des navires seront contrôlés. Cette obligation s’appliquera tout au long de l’année, et non plus seulement quatre mois par an. 

"Un gadget pour Sea Shepherd France"

Depuis 2016, l'observatoire scientifique Pelagis basé notamment à La Rochelle, constate une aggravation du phénomène de captures accidentelles liée aux pratiques de pêche.  Environ 10.000 cétacés sont tués chaque hiver depuis deux ans dans le Golfe de Gascogne. 

Et 2020 pourrait être une nouvelle année noire pour les dauphins sur le littoral français. Du 1er janvier au 17 mars 2020, date du 1er confinement, un millier de petits cétacés se sont échoués dans le golfe de Gascogne, dont 80% de dauphins communs. 

La Bretagne a connu des échouages importants entre juillet et septembre, en plus des pics hivernaux de mortalité. Environ 70% des animaux autopsiés portent des traces de capture par des engins de pêche.

Selon Lamya Essemlali de l'ONG Sea Shepherd France, ces dauphins capturés "présentent des traces visibles de coupures et abrasions, des plaies pénétrantes, fracture du rostre, queue amputée et hémorragie pulmonaire, symptomatique d'une mort traumatique par agonie en profondeur". Selon elle, ce n’est pas avec ces dispositifs acoustiques que l’on règlera le problème. "C’est juste un gadget. On repousse juste les dauphins de leur zone de nourrissage pour que nous puissions pêcher tranquillement. Ça n’est pas la solution. Il faut changer les méthodes de pêche et fermer les pêcheries. Il faut aussi installer des caméras à bord"

Même si la ministre de la Mer souhaite aller plus loin cette année, elle est opposée à des fermetures de pêche. Pourtant, le Ciem, organe scientifique qui surveille les écosystèmes de l'Atlantique nord et le niveau des stocks de poissons, recommande dans le golfe de Gascogne "une combinaison de fermetures temporelles pour tous les métiers concernés et propose d'autres alternatives, comme une réduction de l'effort de pêche de 40%"

Une éventuelle décision qui ne passe pas chez les pêcheurs : "Vous ne pouvez pas flinguer toute une filière parce que vous avez décidé d'arrêter toute forme de pêche pendant quatre mois", proteste Hubert Carré, directeur général du Comité national des pêches maritimes (CNPMEM).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess