Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les chasseurs de Belfort s'équipent d'un drone, pour sauver des faons

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Il faut sauver Bambi ! La fédération de chasse du territoire de Belfort a acquis en ce mois de mars un drone, afin de sauver les faons. Beaucoup meurent lors de la période de fauche des foins. Le drone doit repérer les animaux dans les hautes herbes avant l’arrivée du tracteur de l’agriculteur.

Magaly Chevalier, la directrice de la fédération de chasse du Territoire de Belfort, et le technicien de la FDC90 Jérôme Demeulemeester
Magaly Chevalier, la directrice de la fédération de chasse du Territoire de Belfort, et le technicien de la FDC90 Jérôme Demeulemeester © Radio France - Théo Hetsch

Des drones au secours des faons en détresse : c’est le projet développé par quatre fédérations de chasse de Franche-Comté, dont celle du territoire de Belfort. En ce mois de mars, elle a fait l’acquisition d’un drone ultramoderne, équipé d’une caméra thermique.

"A 70 mètres de hauteur, on peut voir la pupille d’un lièvre", raconte fièrement Jérôme Demeulemeester, le technicien de la fédération de chasse 90. Il a été formé à l’utilisation de cette bête de métal de 6 kilos et d’un mètre d’envergure, et sera bientôt habilité à survoler les champs, afin de sauver les faons. "L’objectif est de repérer les faons couchés dans l’herbe pour ensuite le faire s’en aller ou bien le mettre dans une cage une heure ou deux le temps que l’agriculteur fauche son pré. On le libère ensuite et il est ainsi sain et sauf", explique-t-il.

Cette bête de métal de 6 kilos et d’un mètre d’envergure est équipée d'une caméra thermique pour repérer les faons dans les herbes hautes.
Cette bête de métal de 6 kilos et d’un mètre d’envergure est équipée d'une caméra thermique pour repérer les faons dans les herbes hautes. © Radio France - Théo Hetsch

Un investissement de 20 000 euros

Car chaque année, plusieurs centaines de faons meurent lors des fauches à la saison des foins. "La plupart du temps, l’herbe fait près d’un mètre de hauteur et le faon lui est blotti dans l’herbe", explique ainsi Alexandre Landry, secrétaire de l’association "Sauvons les faons". "Leur instinct leur commande de ne pas bouger, de se camoufler. Alors lorsque le tracteur arrive, il est trop tard, les faons se font faucher, cela ne leur laisse aucune chance". Son association a déjà travaillé il y a un an avec la fédération de chasse du Doubs. "En trois interventions, on a sauvé une vingtaine d’animaux", explique Alexandre Landry.

Une quinzaine d’agriculteurs du territoire de Belfort devraient bénéficier de l’aide de la fédération de chasse et de son drone. Une prestation gratuite, malgré le coup d’un tel appareil : "Nous sommes quatre fédérations Franc-Comtoises à participer pour l’achat de ce matériel, qui coûte près de 20 000 euros", explique Magaly Chevalier, la directrice de la fédération de chasse du Territoire de Belfort.

Le drone au service de la chasse à l'avenir ?

Un tel investissement n’est évidemment pas complètement désintéressé pour les chasseurs, qui espèrent développer à l’avenir l’usage des drones. "Dans les années à venir, il y a de fortes chances qu’on puisse s’appuyer sur le drone pour faire des opérations de comptage de gibier par exemple", avoue Jérôme Demeulemeester.

En attendant, l’usage du drone est réservé aux activité de maintien de la biodiversité. Les premiers essais devraient avoir lieu début mai dans le Territoire de Belfort. La fédération de chasse recherche d’ailleurs des bénévoles pour venir déloger les faons à l’occasion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess