Agriculture – Pêche

Les choux ont souffert des inondations

Par Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard dimanche 28 août 2016 à 8:58

Dans les champs, certains choux ont disparu, emportés par les inondations.
Dans les champs, certains choux ont disparu, emportés par les inondations. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

La récolte de choux qui aurait dû commencer début août vient seulement de démarrer. Les récoltes s'annoncent mauvaises : près de 10% de la production a été complètement noyée. Á Chavannes-sur-l'Étang, certaines parcelles de la choucrouterie Claude sont même dix fois moins fournis que d'habitude.

Un mois de retard ! Á Chavannes-sur-l'Étang, Pascal Claude, 54 ans, "né dans les choux" a rarement commencé sa récolte aussi tard. "On vient de débuter alors que d'habitude début août on est dans les champs." Et au volant de son camion, il fait le tour de ses parcelles seul. Il n'a pas encore appelés les saisonniers qu'il embauche d'habitude. Il y a trop peu à récolter. "Cette parcelle là était tout verte au mois de juin mais lors des inondations du week-end du 25, elle s'est retrouvée complètement sous l'eau. Certains choux sont partis avec l'eau et les autres ont dégénéré", montre-t-il au bord d'un champs proche de sa choucrouterie. Alors qu'il récolte normalement 300 tonnes à l'hectare, ce sera dix fois moins cette année.

"Ce sont surtout les variétés précoces qui ont souffert" - Pascal Claude

20% des parcelles noyées en juin !

Comble pour les producteurs, l'an dernier tous avaient souffert du manque d'eau. "J'ai même déplacé des parcelles et bordure de rivière pour pouvoir irriguer plus facilement en cas de besoin cette année, mais ce n'était pas une bonne idée", ironise Pascal Claude, qui a vu 20% de ses parcelles noyées au mois de juin. Dans les champs autour de lui, des grandes bandes de terre sont encore visibles. "On pourrait y faire de la mobylette", blaguent les producteurs. L'herbe, qui n'a pas la place de pousser d'habitude, est aussi très présente et la récolte est ainsi rendue beaucoup plus compliquée. "On ne peut pas pour l'instant utiliser les machines, il faut trier beaucoup plus et on est obligé de faire ça à la main", raconte le producteur. Ses choux pèsent pour l'instant entre 1 et 1,5 kilos, contre 4 ou 5 kilos en année normale.

Réunion de crise fin août

Pour se rendre compte des mauvais rendements et du retard des récoltes, un passage au sous-sol de la choucrouterie Claude suffit. Les 35 cuves de fermentation sont presque vides. "Normalement, fin août, elles devraient être remplies à moitié mais là nous attaquons seulement la première et je pense qu'à la fin du mois seules 4 ou 5 seront pleines", estime Pascal Claude. Les producteurs espèrent maintenant un automne plus clément, sans gelées précoces, qui pourraient encore faire baisser les rendements. Une réunion de crise doit d'ailleurs avoir lieu entre les producteurs le 30 août prochain.

Les cuves de fermentation sont trois fois moins remplies qu'en année normale. - Radio France
Les cuves de fermentation sont trois fois moins remplies qu'en année normale. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Choucrouterie Claude, vente directe de produits régionaux : Horaires d'hiver du 1er novembre au 31 mars : du undi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h30. Samedi : 9h-12 et 14h-17h en  / Horaires d'été du 1er avril au 31 octobre : 9h à 12 et de 14h à 19 du lundi au vendredi et de 9h à 12h et de 14h30 à 18h le samedi.

Partager sur :