Agriculture – Pêche

Les drones au service de l'agriculture en Creuse

Par Valérie Mosnier, France Bleu Creuse lundi 20 mars 2017 à 20:26

Démonstration d'un drone en agriculture par Xavier Lozach, éleveur à Bourganeuf
Démonstration d'un drone en agriculture par Xavier Lozach, éleveur à Bourganeuf © Radio France - Valérie Mosnier

Les drones sont généralement utilisés par les particuliers pour les loisirs ou l'armée, mais ces petits engins sans pilote commencent aussi à séduire les agriculteurs. En Creuse, une journée d'information a eu lieu ce lundi sur une exploitation de Saint-Priest-la-Plaine.

Généralement utilisés par les particuliers ou l'armée, les drones peuvent aussi avoir un intérêt en agriculture. C'était le but d'une journée d'information, organisée ce lundi par la Chambre d'Agriculture de la Creuse. Ces petits engins, qui se pilotent à distance, peuvent aussi servir les agriculteurs.

Sur une exploitation de Saint-Priest-la-Plaine, une dizaine d'agriculteurs ont eu droit à des démonstrations. Le drone sert déjà pour la culture, notamment des céréales. Equipé d'un appareil photo, le drone va prendre des clichés qui une fois analysés permettront de savoir quelle dose de produit utiliser "on va mesurer la réflectance, c'est la différence entre la lumière émise et la lumière restituée. A partir de là, on aura un statut azoté de la plante et savoir ce qu'il faut apporter" explique Olivier Hochedel, conseiller à la FDGEDA (une association d'agriculteurs ayant pour vocation l'accompagnement technico-économique de ses adhérents). Le drone permet ainsi d'intervenir de manière chirurgicale, sur des zones bien définies.

Olivier Hochedel, de la FDGEDA du Cher, et son drone pour survoler les cultures - Radio France
Olivier Hochedel, de la FDGEDA du Cher, et son drone pour survoler les cultures © Radio France - Valérie Mosnier

Plus nouveau, l'expérimentation en élevage

En Creuse, ils sont très peu d'éleveurs comme Xavier Lozach installé à Bourganeuf à avoir recours au drone. C'est un peu par hasard, que le jeune éleveur s'est mis à utiliser cette machine pour surveiller son troupeau d'une centaine de têtes : "au départ c'était pour du loisirs, mais j'ai dû me faire opérer d'une épaule suite à une luxation récidivante et je pouvais pas trop travailler. Vu que j'avais que ce drone, je m'en suis servi au moment des vêlages car ça balaye pas mal de secteur en peu de temps. C'est beaucoup plus rapide que de prendre la voiture pour faire le tour des champs."

Bien évidemment, le drone n'empêche pas l'intervention de l'homme mais il "est un bon appui au travail" poursuit Marc Dudrut, technicien à la Chambre d'Agriculture de la Creuse "l'évolution des structures demande une grosse évolution des moyens mis en oeuvre et de la technique. Il faut qu'on essaie de trouver des solutions qui permettent aux exploitations de s'adapter et de garder de la productivité, à moindre personnel." C'est d'ailleurs ce qu'est venu voir Pierre Quelet, qui élève 150 vaches limousines à Azérables. Il pense fortement à investir, notamment pour la période des vêlages "on nous parle, à priori d'un investissement d'environ 2.000 euros mais par rapport aux services que ça pourrait rendre, ça pourrait être rentable assez vite."

Xavier Lozach, éleveur à Bourganeuf, met en place son drone  - Radio France
Xavier Lozach, éleveur à Bourganeuf, met en place son drone © Radio France - Valérie Mosnier