Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les échanges sur l'agriculture entre la Mayenne et le Brésil fragilisés ?

-
Par , France Bleu Mayenne

L'association Soleil est en relation depuis 2003 avec des agriculteurs et écoles brésiliennes. Elle organise tous les ans des rencontres dans les deux pays. Mais avec la baisse des budgets des écoles brésiliennes, l'avenir est incertain.

Avec les changements politiques au Brésil, la suite des échanges est incertain.
Avec les changements politiques au Brésil, la suite des échanges est incertain. © Maxppp - DR

Département Mayenne, France

Les rencontres entre la Mayenne et le Brésil sur l'agriculture vont-elles continuer ? C'est la question que se pose le bureau de l'association Soleil, basée au Genest-Saint Isle, près de Laval. Depuis 16 ans, elle met en relation des agriculteurs, étudiants ou professeurs français avec des brésiliens. Au total, 39 missions ont été réalisées dans les deux pays. L'objectif de la structure est de croiser les visions de l'agriculture en mettant en place différents projets, comme la visite d'exploitations. Sauf que depuis les changements politiques au Brésil, après l'arrivée du président Jair Bolsonaro le 1er janvier dernier, les subventions de l'Etat baissent pour les écoles brésiliennes. Il devient pour elles difficile d'organiser des voyages à l'étranger.

Baisse importante des budgets des écoles

Francine Pelé la vice-présidente de l'association est par exemple en contact avec une directrice de Santo Antonio, à l'est du pays, où la situation est compliquée : "Il y avait dix-neuf cours validés pour l'année scolaire. Et sur ces derniers, seuls quatre ont démarrés dans l'établissement. Cela montre bien que _les budgets alloués à l’enseignent ont été touchés_", indique-t-elle. 

Les deux femmes ont récemment échangées par email sur la situation de l'enseignement au Brésil. "Ils nous expriment très clairement que le changement de Gouvernement est très difficile. Les équipes se concentrent sur ce qu'il y a de plus pressé : le fonctionnement des écoles au quotidien. Evidemment, _les échanges passent au second plan_. Nous sommes inquiets.", continue cette enseignante à la retraite.

10 jeunes lavallois sur le départ

Pour l'instant, aucun projet n'est remis en question pour cette fin d'année. Une dizaine d'étudiants du Lycée agricole de Laval partent le dimanche 13 octobre pour le Brésil. Ils passeront deux semaine dans le pays pour échanger avec leurs partenaires sud-américains. Une participation aux "Rencontres franco-brésiliennes" des lycées agricoles est également prévues. "Ils vont être reçus dans la ville de _Rolante [_Sud du Brésil ndlr] au sein de l'Institut fédéral, où il y a des difficultés, mais tout est prévu", souligne Francine Pelé. Le 15 novembre, ce sera ensuite au tour de trois agriculteurs mayennais de s'envoler pour le Brésil. 

"On est prêt à aider plus largement si besoin, mais on ne pourra pas le faire indéfiniment"

Pour l'an prochain, aucune décision n'a encore été prise. L'association se dit prête à aider au maximum les brésiliens. Elle assume déjà l’hébergement, la nourriture et les transports lors des échanges en France. "On est prêt à aider plus largement si besoin, mais on ne pourra pas le faire indéfiniment. Nos finances ne sont pas extensibles non plus."

Choix de la station

France Bleu