Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les éleveurs dans l'incertitude après le report du Brexit

vendredi 12 avril 2019 à 19:53 Par Mahaut de Butler, France Bleu Cotentin et France Bleu

Le congrès national des groupements de défense sanitaire, les GDS, s'est clôturé le 12 avril à Cherbourg, après deux jours consacrés aux enjeux de santé animale. Parmi les préoccupations des agriculteurs, le Brexit, reporté de six mois au 31 octobre prochain.

Une table-ronde sur le Brexit au congrès national des GDS à Cherbourg, le 12 avril.
Une table-ronde sur le Brexit au congrès national des GDS à Cherbourg, le 12 avril. © Radio France - MB

Cherbourg, France

"On ne sait pas vraiment ce qu'ils veulent". Le président du groupement de défense sanitaire de la Manche, Hervé Marie, ne masque pas son agacement. Avec ce report du Brexit, les éleveurs manchois n'ont aucune idée de ce qui les attend : "Nous avons deux vaches sur dix qui produisent pour le Royaume-Uni. Il y a un risque de recul de revenu dans les élevages laitiers du département". 

Mais il n'y a pas que la Manche. Si le marché britannique se ferme, les autres producteurs de lait en subiront aussi les conséquences, comme l'explique Stéphane Jeanne, éleveur de vaches laitières en Loire Atlantique : "Si le lait normand ne va pas en Angleterre, il faudra bien l'écouler sur le territoire français, avec peut-être un engorgement". 

Le respect des normes sanitaires en question

L'impact sera bien sûr économique, mais aussi sanitaire. La Grande-Bretagne changera-t-elle ses normes en matière de santé animale en cas de Brexit ? C'est la question que se pose Pascal Martin, agriculteur en Côte-d'Or : "Le problème c'est qu'on ne sait pas, on repousse tout le temps. Or dans le sanitaire, on n'aime pas l'approximatif, il faut que ce soit bien cadré." Loïc Evain, venu représenter le ministère de l'Agriculture, ajoute : "S'ils modifient les normes, nous blinderont nos frontières".

Pour les six prochains mois de négociations, les éleveurs réclament à Bruxelles de se montrer rapide et ferme face aux Britanniques.