Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - Les éleveurs des Costières ne veulent pas de loup chez eux

jeudi 6 décembre 2018 à 18:56 - Mis à jour le vendredi 7 décembre 2018 à 12:39 Par Philippe Thomain, France Bleu Gard Lozère

La brigade loup devrait intervenir dans le Gard début 2019. C'est le résultat de l'entrevue entre le préfet du Gard et une trentaine d'éleveurs des Costières venus à Nîmes ce jeudi avec 350 moutons de race Mérinos d'Arles.

350 moutons de race Mérinos d'Arles devant la préfecture de Nîmes
350 moutons de race Mérinos d'Arles devant la préfecture de Nîmes © Radio France - Philippe Thomain

Nîmes, France

Alors que plus de 500 loups vivent actuellement en France, les éleveurs des Costières dans le Gard dénoncent la présence de ce grand prédateur dans leur région : 360 bêtes (moutons surtout et aussi quelques veaux) blessées ou tuées ces deux dernières années. Venus rencontrer le préfet avec leurs animaux, ils ont obtenu la présence de la brigade loup dans le Gard début 2019, une brigade spécialisée de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, une brigade qui a le droit de tirer le loup.

reportage au milieu des éleveurs manifestant contre le loup

Parmi les éleveurs présents, des éleveurs d'ovins bien sûr, mais aussi des éleveurs de taureaux car les veaux peuvent être attaqués par les loups, des viticulteurs solidaires car les moutons paissent dans les vignes l'hiver. Tous disent la même chose, le loup menace l'agro-pastoralisme tel qu'il se pratique dans cette région méditerranéenne. Il menace l'agriculture extensive, celle qui, tout en permettant de faire vivre une famille, permet l'entretien du paysage et donc également la prévention des incendies, et garantit du même coup une viande de qualité. 

Clément Leboucher, éleveur ovin à Vers Pont du Gard

Des éleveurs qui, début 2019, surveilleront l'arrivée de cette brigade loup dans le Gard, et qui se disent prêts à revenir devant la préfecture, à Nîmes, avec leurs animaux, si cette brigade spécialisée de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage les oublie.