Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les éleveurs pastoraux des Pyrénées-Orientales manifestent leur colère contre la PAC

dimanche 8 novembre 2015 à 15:08 Par Marion Paquet, France Bleu Roussillon

Une soixantaine d'éleveurs des Pyrénées-Orientales a manifesté ce dimanche à Villefranche-de-Conflent. Ils ont mis en place un barrage filtrant pour sensibiliser les automobilistes sur leur situation: une vingtaine d'exploitations serait menacée par les nouvelles réformes de la PAC.

Les éleveurs ont installé un barrage filtrant au rond-point de Villefranche
Les éleveurs ont installé un barrage filtrant au rond-point de Villefranche © Radio France - Marion Paquet

Villefranche-de-Conflent, France

"La nouvelle politique agricole veut tuer les paysans!" c'est ce que dénoncent les éleveurs pastoraux des Pyrénées-orientales qui ont manifesté ce dimanche, entre 10h et 16h, à Villefranche-de-Conflent. Ils étaient* une soixantaine à exprimer leur colère contre les dernières réformes de la PAC*, la politique agricole commune européenne, et ils ont vu les choses en grand.

Des brebis ont été parquées sur le rond-point, autour duquel ont été garés des gros tracteurs avec remorques. Certains éleveurs sont descendus de montagne avec des poneys, des cloches pour faire du bruit.  De la paille a été déversée sur le parking devant les remparts de Villefranche. Des remparts, sur lesquels ont été accrochés de grands draps, graffés de leurs revendications : "Sauvez l’élevage de montagne, la PAC tue les éleveurs".

Une vingtaine d'exploitations pourrait mettre la clé sous la porte à cause des nouvelles règles de la PAC

Leur principal grief: certaines surfaces, comme les châtaignerais et le chênaies, ne seront* plus éligibles aux aides de la politique agricole commune, "alors que dans le département, de nombreux élevages ont été installés dans ces zones de massif forestier, exprès pour lutter contre les incendies, s'indigne Jean-Claude Coulet, l'un des représentants des éleveurs.

"Et du jour au lendemain, on nous dit que ces exploitations ne pourront plus déclarer ces surfaces et ne pourront plus prétendre à des aides européennes. Une vingtaine d'élevages pastoraux sont menacées sur les 300 que comptent  les Pyrénées-orientales, car elles dépendent des primes", précise Jean-Claude Claude, également éleveur d'ovin et bovin à Baillestavy. Conséquence : *Certains éleveurs devront rembourser plusieurs milliers d'euros d'aides, touchées cette année, pour les surfaces en fait non éligibles.

Les agriculteurs sont venus avec leurs enfants, qui ont découpé des pancartes en carton en forme de vache et toute la famille participe au tractage. Ils ont installé un barrage filtrant à l'entrée de Villefranche-de-Conflent, sur la RN116 en provenance de Prades. Ils ont arrêté les automobilistes cinq minutes, le temps de leur distribuer un tract qui les invite à se rendre sur le site internet Pastoralisme 66 pour envoyer leurs revendications au Ministère de l'Agriculture.

Les automobilistes étaient plutôt réceptifs. Ils comprennent la colère des éleveurs, mais après plusieurs dizaines de minutes d'attente, ils s'impatientent : "Allez plutôt à Paris, leur disent certains. C'est là que les décisions se prennent". Réponse de Pilar Bonaze, éleveuse de bovins : "Nous avons besoin de votre soutien pour être entendu". Son exploitation fait partie de la vingtaine dans le département qui sont menacées par la réforme de la politique agricole commune.