Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"Les étangs baissent à vue d’œil" : l'inquiétude des pisciculteurs face à la sécheresse dans l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

La sécheresse gagne du terrain dans l'Indre. Tout le département est placé en situation de crise. L'absence de pluies conjuguée aux fortes chaleurs fait souffrir notamment l'activité piscicole.

Sur 15 bassins, 12 sont complètement vides à cause de la sécheresse
Sur 15 bassins, 12 sont complètement vides à cause de la sécheresse © Radio France - Jérôme Collin

Mézières-en-Brenne, France

Sur l'exploitation d'Alexis Boely, le constat est effrayant. Sur les 15 bassins piscicoles, 12 sont vides. Et sur deux étangs, un est également à sec. "C'est catastrophique. On va avoir une pénurie de poissons cette année mais sans doute les deux années suivantes", explique le professionnel. Lui ne cache pas son inquiétude et demande à l'État des aides, par exemple des exonérations de charges. "On voit les étangs qui baissent de jour en jour à vue d’œil, qui reculent et là c'est impressionnant", ajoute Alexis Boely.

Dans cet étang de 3 hectares, il ne reste quasiment plus d'eau - Radio France
Dans cet étang de 3 hectares, il ne reste quasiment plus d'eau © Radio France - Jérôme Collin

L'hypothèse du chômage technique pour les salariés

Les dernières pluies significatives remontent à il y a un an environ dans le secteur de Mézières-en-Brenne. "En vingt ans, je n'ai jamais vu ça. Les anciens ont vu des années très sèches. Mais là, non seulement, on a un été très sec mais en plus on n'a pas eu d'eau cet hiver", témoigne le pisciculteur. Les deux épisodes de canicule fin juin et fin juillet ont fait beaucoup de mal. "Il y a eu une mortalité sur les carnassiers, surtout les brochets. Et puis après, il y a aussi eu pas mal de mortalité sur les carpes", s'inquiète Alexis Boely.

On espère faire 50 % du tonnage mais ce n'est même pas sûr"

Le pisciculteur embauche deux personnes, dont son fils. "Ce n'est pas rassurant. Le début d'année est plutôt mauvais. S'il n'y a pas d'eau et s'il n'y a pas de pêche, il n'y aura pas de livraisons. Soit un des salariés va sauter, soit les deux, soit il y aura une fermeture de la boîte... On ne sait pas du tout", explique Adrien Boely. Le gérant pourrait avoir recours au chômage technique.

L'un des rares bassins pleins - Radio France
L'un des rares bassins pleins © Radio France - Jérôme Collin
Choix de la station

France Bleu