Agriculture – Pêche

Les "faucheurs volontaires" à Dijon contre le foie gras

Par Victoria Koussa, France Bleu Bourgogne samedi 10 décembre 2016 à 14:00

«  Foie Gras Ôthentique » par L’ETANG D’O à Villemur sur Tarn
« Foie Gras Ôthentique » par L’ETANG D’O à Villemur sur Tarn © Radio France

Le gavage d'oie, c'est le combat des "faucheurs volontaires" avant les fêtes de Noël. Et encore plus avec l'épidémie de grippe aviaire qui touche la France entière cet hiver. Ils sont ce samedi après-midi dans le centre-ville de Dijon.

Gavés. Les écologistes du groupe de désobéissance civile les "faucheurs volontaires" organisent ce samedi en début d'après-midi des stands pour sensibiliser les consommateurs au sort des oies et des canards. Vidéos et mises en situation à l'appui.

La souffrance des canards et des oies

"5 à 10% des canards et des oies qui sont gavés meurent avant la fin du gavage", explique Roland Essayan. Ce "faucheur volontaire" dijonnais a une série d'exemples, tous plus forts les uns que les autres. Selon lui, c'est "une méthode barbare franco-française" qui continue, alors que bon nombre de pays l'ont interdite.

Il nous explique la méthode de gavage d'oie de certains producteurs.

Comment les canards et les oies sont gavés d'après Roland Essayan, un "faucheur volontaire" de Dijon.

Une filière créatrice d'emploi

La souffrance animale est un réel problème de société. Mais les producteurs de foie gras ne produisent pas tous de la même manière, avec le même procédé de gavage rapide d'oie.

De plus, d'après les chiffres de la fédération européenne de foie gras, la filière génère plus de 50 000 emplois directs dans l'Union européenne qui produit 95% du foie gras au niveau mondial. La France est, de loin, le pays qui en consomme le plus : 18 310 tonnes en 2015, contre 2 390 en Espagne par exemple.