Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les fraises de La Baule sont sur le point d'arriver sur les étals

vendredi 9 mars 2018 à 3:03 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

D'ici quelques jours, elles seront là ! Les fraises de La Baule finissent de mûrir et on pourra bientôt s'en régaler. La famille Burban en produit 200 tonnes chaque année.

Les Gariguettes sont les premières fraises à pointer leur nez
Les Gariguettes sont les premières fraises à pointer leur nez © Maxppp -

La Baule, France

Les fraises arrivent ! Celles de Loire-Atlantique qui sont sur le point de débarquer sur les étals des marchés. On connait celle de la Fraiseraie à Pornic, il y a aussi celles de la famille Burban à La Baule. Ils en produisent environ 200 tonnes par an. Elles sont vendues aux restaurateurs, sur les marchés et on peut aussi aller les cueillir directement sur l'exploitation.

Les premières Gariguettes sur les marchés la semaine prochaine

"On a cueilli les toutes premières Gariguettes ce matin !", glisse Xavier Burban dans un sourire. "Pour l'instant, c'est pour notre consommation personnelle. Nous commencerons à les vendre dans une semaine ou dix jours. Il faut encore attendre qu'elles prennent un peu de lumière et un peu de soleil pour qu'elles gagnent en maturité et en sucre"

Quand je vois des collègues qui sortent de la fraise pour la Saint-Valentin, je ne vois pas trop l'intérêt

Ses fraises arriveront donc un peu plus tard sur les marchés que celles du Périgord ou de Bretagne, mais c'est un choix. Pas question pour lui d'aller plus vite que la nature. "Quand je vois des collègues qui sortent de la fraise pour la Saint-Valentin, je ne vois pas trop l'intérêt. On est plutôt sur un fruit moyennement gustatif et quand on a une vague de froid comme celle de la semaine dernière, on n'a pas envie de manger des fraises ! On a envie de se réchauffer, pas de manger un fruit d'été. Alors que fin mars-début avril, on est vraiment dans le timing du produit. C'est la plante qui nous commande. Si elle a décidé de nous donner des fraises aujourd'hui, on va en cueillir aujourd'hui. Si elle décide de nous en offrir dans une semaine, on les cueillera dans une semaine".

Une fraise prend toute sa saveur dans les dernières 48 heures

Tout dépend de la météo, comme pour la qualité de la récolte 2018. Pour l'instant, elle s'annonce bien : il y a beaucoup de fleurs et de fruits en formation. Mais si le printemps est froid et pluvieux, les fraises auront moins de goût. "Une fraise prend toute sa saveur dans les dernières 48 heures. Donc, ce qui va se passer en avril ou en mai, aujourd'hui, je suis incapable de vous le dire", conclut Xavier Burban. Il faut donc espérer que le soleil ne fasse pas son timide et qu'il fasse rougir comme il se doit les Gariguettes, les Charlottes et autres Maras-des-bois.

Au moins 700 tonnes de fraises produites l'an dernier en Loire-Atlantique.

En Loire-Atlantique, il y aurait environ une centaine de producteurs de fraises. C'est difficile d'avoir des chiffres très précis parce que ce sont essentiellement des producteurs de fruits et légumes qui font des fraises en plus du reste. Environ 700 tonnes ont été produites en 2017, sans compter les producteurs qui proposent de venir les cueillir directement chez eux. Elles ne sont vendues que dans la région. L'enjeux pour les producteurs, c'est de se différencier des fraises qu'on trouve dans les supermarchés, donc de privilégier le goût. Pour ça, certains producteurs ont même créé leurs propres variétés.