Agriculture – Pêche

Les primeurs "Gueules cassées" s'exportent

Par Aurélie Lagain et Anne Domece, France Bleu Vaucluse lundi 19 octobre 2015 à 11:18

Carotte non calibrée
Carotte non calibrée © Maxppp

Une vingtaine de pays est intéressée par le concept des fruits et légumes "Gueules cassées" né en Vaucluse il y a 18 mois.

Il y a 18 mois, Nicolas Chabanne lançait l'idée des "Gueules cassées" en Vaucluse :  vendre à prix cassés des fruits et légumes abîmés ou non-calibrés.

Depuis, les Gueules cassées ont gagné aussi les produits à date de péremption courte ou encore les biscuits cassés. Ils sont identifiables par un petit logo en forme de pomme édentée.

Le Carpentrassien Nicolas Chabanne, qui a lancé l'idée, s'envole pour les Etats-Unis  dans quelques jours pour expliquer le concept. 300 magasins y seraient prêts à se lancer. En Allemagne, ils seraient 500, des dizaines au Brésil et au Japon.

Nicolas Chabanne était l'invité de France Bleu Vaucluse ce lundi.

Capture d'écran du site Gueules cassées - Aucun(e)
Capture d'écran du site Gueules cassées

40% des fruits et légumes produits sur la planète ne sont pas consommés par l'homme et sont jetés selon l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. L'industrie agro-alimentaire jette 15% de sa production à cause de défauts, parfois minimes.

L'idée s'étend encore un peu plus avec une coutellerie qui a pris contact avec lui pour commercialiser sous le label des produits conformes, rayés, tachés... mais tout aussi performant.