Agriculture – Pêche

Les mesures de soutien à l'agriculture inadaptées selon des syndicats vauclusiens

Par Aurélie Lagain, Philippe Chauché et Jérémy Marillier, France Bleu Vaucluse mercredi 5 octobre 2016 à 10:27

Inquiétude des agriculteurs (illustration)
Inquiétude des agriculteurs (illustration) © Maxppp -

La Confédération paysanne et l'association Solidarité paysanne sont septiques quant aux annonces de Manuel Valls sur l'agriculture. Ces mesures ne seraient pas adaptées à la mutation de l'agriculture, selon les syndicats.

Manuel Valls a annoncé plusieurs mesures pour aider les agriculteurs :

  • Financièrement, des garanties pour les prêts pour permettre aux agriculteurs d'emprunter à de meilleurs taux
  • Socialement, la mise en place d'un service de remplacement pour les paysans en situation d'épuisement professionnel, des aides à la reconversion, des retraites anticipées.

"On va laisser crever tout doucement les gens les plus en difficulté." - Francis Thomas, Solidarité agricole

Depuis plus de 20 ans l'association Solidarité paysanne aide les agriculteurs en difficulté financière ou psychologique. Elle accompagne 35 familles en Vaucluse.

Son vice-président Francis Thomas explique : "Ça fait deux fois qu'on prend des dispositions au prétexte d'aider les gens le plus en difficulté, qu'en fait on va laisser crever tout doucement. On ne va aider que les structures importantes qui ont des structures conjoncturelles."

Francis Thomas évoque aussi la difficulté et la lenteur des dossiers administratifs qu'il faut monter en cas de reconversion : "Les démarches sont extrêmement difficiles pour se faire payer la formation et pendant la formation, il faut avoir envie de se reconvertir professionnellement avant d'avoir fait le deuil de l'activité agricole."

Francis Thomas, Solidarité agricole

"Il aurait fallu prendre des mesures avant" - Laurent Thérond, Confédération paysanne

La Confédération paysanne se montre également critique envers ces annonces, son porte-parole en Vaucluse Laurent Thérond détaille : "Si les agriculteurs sont en difficulté, c'est quand même parce que l'ultra-libéralisation des prix du lait et du porc majoritairement les fait plonger dans la misère car les prix sont trop bas. C'est bien beau de prendre les mesures pour les accompagner vers la sortie, il aurait fallu les prendre avant, garder les quotas et les bassins de production, et éviter tout ce grand bazar."

La vision de la "Conf" est tout autre, militante d'une agriculture paysanne et nourricière. Elle affirme qu'elle parviendra à cet objectif : "Une agriculture petite, il vaut mieux cinq petits agriculteurs qu'un gros. Des agriculteurs en vente directe, moins dépendants de ces grands marchés internationaux qui ne sont qu'une course au prix le plus bas et à la mauvaise qualité. Une agriculture plus solide, plus résiliente qui nourrira le pays en cas de problème."

Laurent Thérond, Confédération paysanne

Partager sur :