Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les militants de la Confédération Paysanne seront fixés le 13 septembre dans le procès civil des 1000 vaches

jeudi 31 mai 2018 à 12:19 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie et France Bleu

L'audience du procès civil de la dégradation d'une partie de la salle de traite de la ferme dîtes des 1000 vaches de Drucat en 2014 avait lieu ce matin au palais de justice d'Amiens. Six militants de la Confédération Paysanne sont poursuivis. Le jugement sera rendu le 13 septembre prochain.

5 des 6 militants inculpés étaient présents à Amiens.
5 des 6 militants inculpés étaient présents à Amiens. © Radio France - François Sauvestre

Amiens, France

Après le pénal, le civil. Six militants de la Confédération Paysanne comparaissaient, ce jeudi matin, au palais de justice d'Amiens pour des dégradations commises en 2013 et 2014 sur le site de la ferme dîtes des 1000 vaches à Drucat, près d'Abbeville dans la Somme. L'exploitant réclame des dommages et intérêts à hauteur de 140 000 euros. Le jugement sera rendu le 13 septembre prochain.

En septembre 2013, puis en mai 2014, des opposants à cette ferme dîtes des 1000 vaches s'étaient introduits sur le site et avaient démonté une partie de la salle de traite ultra moderne. 46 capteurs à lait avaient été retirés, "des câbles arrachés", a tenu a rappelé l'avocate de l'exploitant pendant l'audience.

C'est un procès injuste. Pierre-Alain Prévost

"C'est le procès de la facture", résume Laurent Pinatel à la sortie de l'audience. Le porte parole du syndicat agricole fait partie des six militants visés par la procédure civile. Tous estiment que ces poursuites sont injustes. "Je pense qu'il faut répondre de ses actes, pas de soucis", réagit Pierre-Alain Prévost. "Mais l'usine à vaches à une astreinte de l'Etat de 780 euros par jour, personne ne demande à l'exploitant de payer", poursuit le militant.

Les militants de la confédération paysanne ont pris la parole avant et après l'audience. - Radio France
Les militants de la confédération paysanne ont pris la parole avant et après l'audience. © Radio France - François Sauvestre

Des recours sont effectivement en cours, la cour de Douai doit se prononcer sur l'appel du ministère du développement durable qui concerne cette astreinte imposée en 2015 par la préfecture de la Somme pour dépassement de la taille autorisée du cheptel dans cette ferme dîtes des 1000 vaches.