Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les moissons commencent enfin en Meurthe-et-Moselle, avec des inquiétudes sur la qualité

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Avec plusieurs semaines de retard, les moissons ont enfin commencé cette semaine en Meurthe-et-Moselle. A cause des fortes pluies du mois de juillet, les agriculteurs craignent une baisse de la qualité des récoltes.

Quentin Reignier, associé d'exploitation à Agincourt, heureux de remonter sur la moissonneuse.
Quentin Reignier, associé d'exploitation à Agincourt, heureux de remonter sur la moissonneuse. © Radio France - Lise Roos-Weil

Le moteur vrombit de nouveau. La moissonneuse reprend vie, après des mois d'attente. "C'est toujours agréable, ça sent le soleil, l'été, la moisson c'est toujours un moment émouvant, sourit Quentin Reignier, jeune agriculteur, associé d'exploitation à Agincourt. Et puis piloter un engin comme ça, c'est un rêve d'enfant." Avec plusieurs semaines de retard, à cause des fortes pluies du mois de juillet, la moisson peut enfin commencer. Le volume sera au rendez-vous mais la qualité pose question.

"Visuellement c'est compliqué, on voit que le grain est assez beau pour le moment...autant avant on mettait quelques rendements dans notre tête, mais maintenant c'est difficile.

Benoît Reignier, gérant d'exploitation à Agincourt, craint une baisse de la qualité de ses récoltes à cause des fortes pluies.
Benoît Reignier, gérant d'exploitation à Agincourt, craint une baisse de la qualité de ses récoltes à cause des fortes pluies. © Radio France - Lise Roos-Weil

Sur les hauteurs, au milieu de ses champs d'orge, Benoît Reignier, le gérant de l'exploitation, examine avec attention les épis. "Visuellement c'est compliqué, on voit que le grain est assez beau pour le moment, décrit-il, une dizaine de grains au creux de la main. Autant avant on mettait quelques rendements dans notre tête, mais maintenant c'est difficile. On veut absolument nettoyer ça, moissonner et voir où on en est." Avec toute l'eau qui est tombée ces dernières semaines, le grain risque de germer sur pied

Une baisse des prix de vente estimée entre 20 et 30 euros la tonne

Et quand la qualité baisse, le prix fait de même. "On va avoir une perte économique à l'hectare, oscillant entre 20 et euros à la tonne, ce n'est pas négligeable sur les quantités qu'on récolte sur nos exploitants, explique Laurent Rouyer, le président de la Chambre d'agriculture de Meurthe-et-Moselle. Il nous faut absolument trois semaines continues de beau temps pour assurer nos récoltes." Suite aux fortes pluies, _l_es exploitants craignent également un tassement des sols et donc des conséquences pour les récoltes de l'an prochain.

A cause des fortes pluies de ces dernières semaines, les grains risquent de perdre en qualité.
A cause des fortes pluies de ces dernières semaines, les grains risquent de perdre en qualité. © Radio France - Lise Roos-Weil
Choix de la station

À venir dansDanssecondess