Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les moissons de l'été 2019 sont terminées dans l'Yonne

-
Par , , France Bleu Auxerre

Les moissons de l'été 2019 sont terminées. Malgré la sécheresse les deux principales cultures se portent bien : l'orge et le blé sont dans l'ensemble de bonne qualité et la quantité est aussi au rendez-vous, avec des volumes records dans certaines exploitations.

Moissons terminées dans l'Yonne
Moissons terminées dans l'Yonne © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

C'est une bonne année pour le blé. Les moisson sont terminées et la France a collecté 39 millions de tonnes de blé. C'est la deuxième récolte la plus importante depuis l'an 2000. Cette bonne nouvelle est valable dans l'Yonne mais toutes les cultures n'ont pas eu ces résultats.

La barre mythique des 100 quintaux atteinte

Quant il parle du blé, Laurent Poncet a le sourire. Cet agriculteur à Bussy en Othe est aussi président de la coopérative Ynovae : "On va de 50 quintaux à plus de 90 quintaux, je pense que certains cette année ont pu faire les trois chiffres. La barre mythique des 100 quintaux, c'est une belle surprise pour les blés de force en haute teneur en protéines."

Et cela bénéficie notamment à certains agriculteurs de l'Yonne jusqu'ici en difficulté : "On a une partie de nos adhérents qui sont situés en polyculture élevages. On est heureux pour eux après plusieurs années difficiles comme à Flogny ou Ligny. Ils ont des rendements satisfaisants dans leur zone."

Mais cette réussite du blé n'était pas gagnée car l'Yonne a manqué d'eau ces 12 derniers mois : "On a traversé 4 périodes de sécheresse importante". Le problème c'est que le maïs souffre aussi du manque d'eau, signe d'une année 2019 très contrastée pour les grandes cultures. La récolte de tournesol elle aussi va dépendre d'éventuelles pluies dans les 15 prochains jours, même si l'inquiétude est moins forte que pour le maïs. Reste à savoir à quels prix pourront être vendues ces récoltes, notamment le blé. Actuellement, les agriculteurs jugent les cours du blé encore un peu faibles. 

4 périodes de sécheresse importantes

Une toute petite collecte de colza

C'est donc une bonne nouvelle après cette saison catastrophique pour les colzas, victimes de la sécheresse de l'automne dernier. Mais l'orge et le blé ne compenseront pas les pertes en colza souligne Jean-Luc Billard, directeur de la coopérative Ynovae basée à Véron : "Une coopérative comme nous, notre collecte moyenne de colza est de 50 000 tonnes, cette année on a collecté 11 000 tonnes. Le colza est une culture rémunératrice. Cette année le volume n'est pas là. Le blé même si les rendements sont supérieurs à l'an dernier, _le prix n'est pas florissant_, il nous manque entre 10 et 20 euros de la tonne pour que l’agriculteur arrive à compenser la perte sur le colza et sa trésorerie."  

Une toute petite collecte de colza

Ce ne sont pas les récoltes de maïs, encore en culture dans les champs qui viendront équilibrer les comptes. Cette année s'annonce comme l'an dernier catastrophique pour les champs qui ne sont pas irrigués en raison de la sécheresse.