Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les moissons en avance de 15 jours en Touraine, les récoltes s'annoncent médiocres

-
Par , France Bleu Touraine

Les agriculteurs d'Indre-et-Loire ont commencé leurs moissons en avance d'une quinzaine de jours par rapport à la normale. Selon Jean-Claude Robin, vice-président de la chambre d'agriculture, les rendements, notamment d'orge et de colza, sont en nette baisse.

Le blé ne devrait plus tarder à être moissonné
Le blé ne devrait plus tarder à être moissonné © Maxppp - Alexis Sciard

Vous avez peut-être vu des moissonneuses-batteuses s'affairer dans les champs d'Indre-et-Loire ces derniers jours. Les moissons sont en avance d'une quinzaine de jours par rapport à la normale. "Ça s'est déjà vu mais c'est rare", souligne Jean-Claude Robin, agriculteur à Chanceaux-sur-Choisille, et vice-président de la chambre d'agriculture du département. 

Les conditions climatiques ont favorisé un développement plus rapide

Selon l'agriculteur, cette précocité est liée à un "printemps très favorable à la pousse, très sec, et aux très fortes températures de juin". Ce qui explique que "dans le département, l'ensemble des orges d'hiver est récoltée, et les plantations de colza sont très avancées". 

Mais cette précocité ne va pas avec de bonnes nouvelles selon Jean-Claude Robin : "Nous avons des cultures qui présentent des rendements bien inférieurs à d'habitude. _Pour les orges ça fait environ 2 tonnes de moins à l'hectare. Pour les plantations de colza, 10 à 30% de moins selon les exploitations_". 

Certains agriculteurs accusent toujours le coup de la très mauvaise récolte de 2016 

Les prix de l'orge et du colza ne sont pas très haut en ce moment et cela pose problème explique Jean-Claude Robin : "Quand on parle de production en moins, on parle de revenus en moins et donc c'est plus difficile pour un agriculteur de faire face à ses charges". Surtout, insiste le vice-président de la chambre d'agriculture, que "bon nombre d'agriculteurs ne se sont pas encore remis de l'année 2016, une année catastrophe". Jean-Claude Robin ne veut pas être trop pessimiste mais il assure déjà que "2020 ne sera pas une année qui va nous aider à sortir du syndrome de 2016". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu