Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Les opposants au projet de méthaniseur de Saint Junien Les Combes reçus en sous-préfecture

-
Par , France Bleu Limousin

Les opposants au projet de méthaniseur du domaine Berneuil à Saint Junien les Combes et Berneuil ont manifesté ce mercredi devant la sous-préfecture de Bellac. Une délégation d'élus, de responsables syndicaux et associatifs ont été longuement reçus par la sous-préfète.

La réunion en sous-préfecture aura duré plus de deux heures et demi.
La réunion en sous-préfecture aura duré plus de deux heures et demi. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Bellac, France

"Fermes usines ou campagnes vivantes, il faut choisir". A peine arrivés en centre-ville de Bellac, les opposants au projet de méthaniseur du domaine Berneuil à Saint Junien les Combes et Berneuil déploient une large banderole. La soixante de personnes présente dénonce le projet d'installation. Porté par le gérant de la ferme géante du domaine Berneuil qui compte 2500 bovins, il prévoit de produire de l'électricité à partir du fumier de l'exploitation. 58 tonnes par jour seraient transformées. "Mais c'est une usine à ce point-là. Vous vous rendez compte il n'aura pas assez de fumier alors il veut produire des hectares de maïs que des bêtes pourraient manger pour remplir sa machine", s'énerve Didier Débord, agriculteur à Saint Julien les Combes.

. - Radio France
. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

"Une usine à fric"

Dans la soixantaine de personnes présente, beaucoup sont favorables à la méthanisation. Le concept pour produire de l'électricité qui se développe en France et l'est déjà beaucoup en Allemagne n'est pas la cible des opposants. "Là ce qu'on reproche c'est la taille. Ça n'a rien d'écolo, c'est juste une usine à fric", explique Jean Nicolas David, agriculteur voisin du projet, venu avec sa petite fille de 3 ans. Les opposants expliquent aussi leur crainte de voir débarquer des camions et tracteurs en continue dans les villages, qui viendraient remplir la machine. "Et les milliers de tonnes de digestat (le produit final transformé par la machine, ndlr) qui seront épandues, quel impact ça aura sur l'eau ?", se questionne un manifestant. "C'est sans compter sur le prix des terres agricoles. Si avec sa ferme-usine il se met à produire des hectares de maïs pour remplir son méthaniseur, il ne sera plus question pour nous de pouvoir récupérer un terrain ou de permettre à un jeune de s'installer. Il sera trop puissant financièrement", déplore un agriculteur.

Pas de décision avec le mois d'octobre

En sous-préfecture, les maires de Saint Junien les Combes, des membres de la Confédération Paysanne, de Limousin Nature Environnement et de l'association Eaux les Coeurs sont avec la sous-préfête, Bénédicte Martin. La réunion durera 2h et demi. A la sortie, les multiples questions d'impact sur l'environnement n'ont pas trouvé de réponse. "On a été très écouté. Mais on réclame des réponses plus précises, beaucoup d'inquiétudes subsistent.", estime la Maire de Saint-Junien les Combes. "Beaucoup de réponses apportées jusqu'à présent sont soit grossières, soit imprécises, il faut y répondre maintenant", martèle Frédéric Lascaud, le porte parole de la Confédération paysanne du département. "Nous avons bien entendu et fait le point sur la situation. Nous allons demander des précisions au porteur de projet avant que le préfet ne prenne une décision. Ce ne sera pas avant le mois d'octobre", répond la sous-préfète. Dehors, les opposants se disent déjà prêts à revenir. "Plus nombreux s'il le faut."

Les opposants ont symboliquement défilé entre la place principale et la sous-préfecture. - Radio France
Les opposants ont symboliquement défilé entre la place principale et la sous-préfecture. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

A noter que France Bleu Limousin a tenté de joindre le porteur de projet ce mercredi, sans succès.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu