Agriculture – Pêche

Les ostréiculteurs de l'étang de Thau inquiets pour les commandes de Noël

Par Sylvie Duchesne, France Bleu Hérault lundi 31 octobre 2016 à 19:22

L' étang de Thau à Marseillan
L' étang de Thau à Marseillan © Radio France - Sylvie Duchesne

Les ostréiculteurs de l'étang de Thau près de Sète (Hérault) sont inquiets. À quelques jours de la préparation des commandes de Noël, la récolte des huîtres et des moules est toujours interdite à cause de la présence dans l'eau d'alexandrium, une micro algue toxique.

"C'est une épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes ". Depuis le 21 octobre, les ostréiculteurs de l'étang de Thau rongent leur frein. Impossible pour eux de récolter les huîtres et les moules dans les parcs.

En cause , la présence dans l'eau d'alexandrium, une micro algue qui peut provoquer une intoxication alimentaire si elle est ingérée en quantité importante. C'est ce qu'ont révélé les analyses effectuées par Ifremer après les fortes pluies qui se sont abattues sur l'Hérault à la mi octobre.

Noël représente 30% de la production de l'étang de Thau

C'est la deuxième fois en deux ans qu'une telle interdiction intervient à cause de cette algue. Un coup dur pour les ostréiculteurs qui voient arriver les fêtes de Noël à grands pas.

Si cette interdiction n'est pas levée dans les jours qui viennent , ils craignent de ne pas pouvoir être référencés dans les catalogues des grandes surfaces. Noël représente en effet 30% de leur production.

"Nos stocks vont nous permettre de gagner quinze jours , trois semaines..."

Philippe Ortin, le président du Comité Régional Conchylicole de Méditerranée - Radio France
Philippe Ortin, le président du Comité Régional Conchylicole de Méditerranée © Radio France - Sylvie Duchesne

" Si l'interdiction n'est pas levée rapidement, on ne pourra pas être présent dans les catalogues des grandes surfaces" : Philippe Ortin, psdt du CRCM

Pour le moment, les ostréiculteurs commercialisent les huîtres et les moules qu'ils avaient récoltées dans l'étang de Thau avant le 17 octobre. Le problème, c'est que les stocks s'amenuisent.

Si l'interdiction préfectorale n'est pas levée rapidement, ils craignent de ne pas pouvoir préparer dans les temps les commandes pour Noël. Tout dépendra donc du résultat des prochaines analyses d'Ifremer. On ne devrait pas le connaitre avant le 3 novembre.

Partager sur :