Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Les pluies abondantes retardent les semis de céréales dans les deux Charentes

-
Par , France Bleu La Rochelle

Avec une pluie soutenue depuis début novembre, jusqu'à deux mois de pluie en trois semaines en Saintonge, les agriculteurs céréaliers sont en retard sur la plantation de semis de céréales. Deux à trois semaines de retard. Conséquence, la production 2020 sera en baisse.

Terres agricoles à Sainte-Soulle près de La Rochelle
Terres agricoles à Sainte-Soulle près de La Rochelle © Radio France - Gérald Paris

Charente-Maritime, France

Que d'eau ! Depuis début novembre et le passage de la tempête Amélie, la pluviométrie de ce mois de novembre 2019 est déjà entrée dans le top 3 des mois de novembre les plus pluvieux de ces 30 dernières années en Charente-Maritime. Selon Eric Béronneau, le responsable de la station Météo France à La Rochelle, "le mois de novembre 2019 avant même d'être terminé est déjà le deuxième mois de novembre le plus arrosée après celui de l'année 2000" 

Saintes est déjà au dessus des 180 millimètres au lieu des 90 habituels,  165 mm au lieu de 93 mm en Charente Maritime et 140 mm au lieu de 93 en Charente. La pluie est là, on le sentait, ces données confirment bien qu'elle est abondante.

La récolte de blé risque d'être en recul d'au moins 20% l'été prochain

Après une sécheresse de plusieurs mois, voici donc une pluviométrie record. Des extrêmes pas simples à gérer pour les agriculteurs. Les semis de céréales habituellement dans les champs à cette période, sont bien souvent restés dans les hangars. Il y a deux à trois semaines de retard par rapport au calendrier normal, et la météo de ces prochains jours n'incite pas à l'optimisme. 

Un quart des semences n'ont pas été plantées 

Pour Damien Péchereau, cultivateur à Sainte-Soulle près de La Rochelle, "C'est même déjà trop tard. On a encore 1/4 des semences qui n'ont pas été plantées" Avec moins de semis de blé ou d'orge en terre, il s'attend déjà à une récolte en recul d'au moins 20% l'été prochain. 

Le paradoxe pour son père Dominique, c'est que le chiffre d'affaire ne sera peut-être pas affecté. "Tout dépend en fait du prix. S'il gèle en Russie, il y aura peut-être un bon prix payé pour une quantité qui est pourtant moindre. On se raccroche à çà en ce moment." Et rajoute t-il sans se rendre compte de son jeu de mots, "c'est ce qui nous tient la tête hors de l'eau."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu