Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pompiers et agriculteurs de l’Eure unis pour éviter de revivre les terribles incendies de l’été 2019

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le Service départemental d'incendie et de secours de l'Eure et la Chambre d'agriculture ont noué un partenariat afin de prévenir les départs de feux cet été. Ils se consultent chaque jour pour évaluer les risques liés en majorité à la météo et au passage des engins agricoles dans les champs.

Pierre Hamot, de la Chambre d’agriculture, travaille avec les pompiers pour éviter les incendies.
Pierre Hamot, de la Chambre d’agriculture, travaille avec les pompiers pour éviter les incendies. © Radio France - Noémie Lair

Des champs ont de nouveau pris feu dans l’Eure ce mercredi 22 juillet. Les pompiers ont fait part de 11 incendies pour moins de 10 hectares brûlés. La veille, ce sont 15 hectares qui sont partis en fumée.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des images qui rappellent celles de l’an dernier à la même époque. Les pompiers et les agriculteurs de l’Eure ont encore en tête les terribles incendies de l'été 2019. En quelques semaines, 2 500 hectares étaient partis en fumée, plus de 500 interventions avaient été réalisées, une centaine de personnes avaient dû être évacuées et 22 pompiers et un gendarme avaient été blessés. "Du jamais vu", parole de pompier.

Les chiffres sont, pour l’instant, moins impressionnants cette année. Et pour cause : afin d’éviter de connaître les mêmes scènes, le Service départemental d’incendie et de secours et la Chambre d’agriculture de l’Eure travaillent main dans la main. Dès l’hiver dernier, ils ont élaboré ensemble un dispositif inédit dans le département.

Recommandations pour éviter les incendies ou leur propagation

"Il y a tout d’abord eu une campagne d'informations et de recommandations en amont de la moisson, indique Pierre Hamot, l’un des responsables du dispositif pour la Chambre d’agriculture. Il s’agissait par exemple d’inciter les agriculteurs à avoir des déchaumeurs à proximité des champs moissonnés, prêts à intervenir en cas de départ de feu. C’est un outil qui fonctionne avec des sortes de disques qui permettent de retourner la terre autour du départ de feu pour, au minimum, ralentir la progression de l'incendie." Une méthode qui a déjà fonctionné cette année.

En agriculture, un déchaumeur permet de retourner la terre pour travailler le sol.
En agriculture, un déchaumeur permet de retourner la terre pour travailler le sol. © Radio France - Noémie Lair

Échanger les informations tous les jours

Ce nouveau dispositif de prévention passe aussi par un point d’informations quotidien. Chaque jour, pompiers et responsables de la Chambre d’agriculture s’entretiennent pour établir et évaluer les zones à risque. "On indique la progression de la moisson pour qu'ils puissent positionner leurs moyens, explique Pierre Hamot. Aujourd’hui, on est en plein milieu de la moisson : dans le sud du département c'est terminé, il ne reste plus que les cultures de printemps à abattre mais de Bernay jusqu'au Vexin en passant par Le Neubourg, c'est la pleine moisson et quasiment tous les agriculteurs sont dans les champs. Enfin, dans le nord, ça commence tout juste."

Plus on arrive à attaquer un feu quand il est petit, plus on maîtrisera son évolution et moins il y aura de risque pour la population et pour les intervenants et les dégâts seront limités.

Connaître les zones où les agriculteurs sont en train de travailler avec leurs machines permet aux pompiers de savoir où sont les espaces à risque et, en fonction, d’y déployer leurs moyens.

"Tous les jours, nous croisons ces éléments avec les données météo et en fonction, on est susceptibles de prendre des dispositions opérationnelles spécifiques, souligne le commandant Aymeric Binninger. Ainsi, depuis quelques jours, l’Eure est en risque sévère de 3 sur une échelle de 5 ce qui nous amène à demander à l’ensemble des centres de secours du département qui ont des sapeurs-pompiers volontaires en astreinte de les placer en position de garde à la caserne pour pouvoir assurer un départ immédiat. Plus on arrive à attaquer un feu quand il est petit, plus on maîtrisera son évolution et moins il y aura de risque pour la population et pour les intervenants et les dégâts seront limités."

Cependant, si les incendies en période estivale dans l’Eure sont dus en grande partie à la sécheresse associée au passage des engins agricoles dans les champs, le commandant rappelle qu’il y en a aussi une part non négligeable qui est provoquée par des mégots jetés dans la nature ou des barbecues mal gérés. Il appelle donc à la prudence tout l'été... et même après.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess