Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les pro-ours portent plainte contre les anti-ours

mercredi 10 octobre 2018 à 14:58 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque, France Bleu et France Bleu Occitanie

Seize associations qui militent pour la réintroduction d'ours ont porté plainte ce mercredi auprès du procureur de la république de Pau, contre les battues d'effarouchement qui ont eu lieu après les récents lâchers.

Un barrage à Sarrance, la semaine dernière pour tenter d'empêcher les lâchers
Un barrage à Sarrance, la semaine dernière pour tenter d'empêcher les lâchers © Radio France - Mathias Kern

Pau, France

Seize associations dont France Nature Environnement, la Sépanso, le FIEP , Férus, ADET PAys de l'ours, et la Ligue Protectrice des Oiseaux, ont décidé de porter plainte après les battues d’effarouchement qui se sont déroulées après les lâchers de deux ourses en vallée d'Aspe et Ossau, la semaine dernière. Selon ces associations, des éleveurs ont tiré en l'air au dessus d'Etsaut dans le massif de Rouglan le 4 octobre et dans les gorges du Bitet le 6 octobre.

C'est l'avocat maître Jean-François Blanco qui a déposé la plainte avec constitution de parties civiles après du procureur de la République de Pau ce mercredi. Les chefs de ces plaintes sont : attroupements armés en bande organisée et tentative de destruction d'une espèce protégée en bande organisée.

L'avocat considère que les vallées béarnaises sont devenues "des zones de non droit" à cause de ce qu'il appelle, "une milice anti ours".

Nous entendons qu'ils soient poursuivis et qu'une réparation intervienne. Nous n'accepterons pas des comportements violents qui mettent les ourses en péril parce que c'est un enjeu fort de biodiversité" — L'avocat des 16 associations

Me Jean-François Blanco

Le parquet de Pau n'a pas attendu cette plainte pour ordonner, des la semaine dernière, une enquête après la battue d'effarouchement du 4 octobre au dessus d'Etsaut.