Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Avec la crise sanitaire, les producteurs de foin de Montfavet croulent sous des stocks considérables

-
Par , France Bleu Vaucluse

À Montfavet, les producteurs de foin connaissent des difficultés liées à la crise de la Covid-19. Avec l'annulation du salon Cheval Passion d'Avignon, ce sont 50 tonnes de foin qui sont stockées dans leurs hangars et qui ne trouvent pas d'acheteurs. Une perte qui pourrait s'avérer considérable.

Serge et Gérard Pépin stockent dans leurs granges près de 50 tonnes de foin périssable.
Serge et Gérard Pépin stockent dans leurs granges près de 50 tonnes de foin périssable. © Radio France - Mathieu MESSAGE

À Montfavet (Vaucluse), les producteurs de foin connaissent de grandes difficultés. La crise liée à l'épidémie de Covid-19 semble n'épargner aucun secteur et avec l'annulation totale du salon Cheval Passion, ce sont 50 tonnes de foin qui ne trouvent pas d'acheteurs. 

Un trou de 10% dans le chiffre d'affaires annuel

Gérard Pépin, président de l'association des producteurs de foin de Montfavet, accuse le coup. Avec l'annulation du salon Cheval Passion, il se retrouve avec 50 tonnes de foin, à 200 euros la tonne, qui ne trouvent pas d'acheteurs. Après avoir longtemps attendu un report, cette annulation définitive entraîne un gros manque à gagner :

"Ils nous ont demandé de garder leur stock qu'ils devaient écouler au mois de mai, et ces 50 tonnes de foin ne seront pas vendues. Nous allons rentrer la nouvelle récolte, ce qui nous oblige à essayer de limiter la casse rapidement avec ce stock déjà existant. Pour mon exploitation, c'est un trou estimé à 10% de notre chiffre d'affaires annuel. De plus, la valeur nutritive du foin baisse si on le garde trop longtemps stocké, donc c'est un produit qui perd de sa qualité."

Avec la Covid-19, les centres équestres ont eux aussi réduit considérablement leurs activités et ne peuvent pas récupérer ce stock. Même si l'activité autour de l'équitation a repris, la gestion des plages horaires et la réduction des effectifs jouent énormément :

"On ne peut même pas leur demander de nous racheter ce foin. Avec la Covid-19 et le couvre-feu, la plupart des chevaux sont en extérieur et profitent de l'herbe. Il n'y a plus aucun concours, le chaptel de bêtes a été réduit, donc il y a moins de commande de foin derrière. Il y aura des pertes, et il se peut même que ce stock soit détruit dans les prochaines semaines."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess