Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les rosés AOC Côteaux Varois présentent leur millésime 2018

-
Par , France Bleu Provence

Les viticulteurs réunis dans l'appellation d'origine contrôlée "Côteaux Varois" ont présenté leur millésime 2018 ce lundi 1er avril à l'abbaye de La Celle. Un rosé cristallin et fruité, selon les professionnels qui ont également fait le point sur leurs projets de développement.

Les viticulteurs de l'AOC Coteaux Varois ont présenté leur millésime 2018 à La Celle
Les viticulteurs de l'AOC Coteaux Varois ont présenté leur millésime 2018 à La Celle © Radio France - Sophie Glotin

La Celle, France

Une robe cristalline, un nez fruité et une bouche tout en élégance ! Le crû 2018 s'annonce très bon pour les rosés du Var. L'AOC "Côteaux Varois" a présenté son millésime 2018 ce lundi 1er avril aux professionnels dans le cadre prestigieux de l'abbaye de La Celle. Selon Gisèle Marguin, présidente de l'association des sommeliers Alpes-Marseille-Provence, "les robes de ces rosés sont sublimes de finesse. On dirait du taffetas ou de la soie. Leurs robes sont très pales, leurs nez sont très printaniers avec des odeurs de petits fruits rouges." 

Et pourtant, ce millésime 2018 est né dans des conditions particulières. Thierry Josselin, gérant du domaine bio La Rose des Vents à La Roquebrussanne, se souvient "d'un printemps très compliqué car très pluvieux. Il fallait donc être très présents dans les vignes, mais on a réussi à maîtriser la situation et cela se ressent aujourd'hui".

Les viticulteurs ont maintenant les yeux rivés vers ciel

À peine le millésime 2018 présenté, qu'il faut déjà se pencher sur celui de l'an prochain. Après un début d'année extrêmement sec, les viticulteurs retrouvent un peu le sourire : la pluie est annoncée pour cette semaine dans le Var. 

Mais le problème c'est qu'elle ne devrait pas arriver seule ! Une chute des températures est également prévue et ce n'est pas bon pour les vignes, selon Patrick Lobier, gérant du Château de L'Escarelle à La Celle : "Nous craignons le gel. Comme nous sommes dans une année assez précoce et que les vignes ont déjà commencé à débourrer (les premiers bourgeons apparaissent NDLR), le gel pourrai provoquer des pertes de récolte." 

Le Brexit aura-t-il des conséquences sur les exportations de rosé ? 

Autre source d'inquiétude pour certains viticulteurs : le Brexit. Le Royaume-Uni est, après les Etats-Unis, le deuxième marché d'exportation des rosés (12% des exportations). Les Britanniques ont déjà anticipé un éventuel divorce avec l'Union européenne en passant de nombreuses commandes depuis le début de l'année, mais qu'en sera-t-il après une éventuelle sortie de l'UE ? 

Virginie Poiron, propriétaire du Domaine Saint Mitre à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, se pose la question. Son domaine expédie tous les ans 40.000 bouteilles pour des pubs et hôtels haut-de-gamme situés dans le Kent. "On ne sait pas du tout ce que ça va donner avec un éventuel Brexit. Pour l'instant, nous continuons d'expédier nos commandes. Je pense que les Anglais ne vont pas s'arrêter de boire du rosé du Var du jour au lendemain, mais nos bouteilles pourraient être beaucoup plus taxées", explique la viticultrice.

À la conquête du marché asiatique

Dans ce contexte, diversifier le marché des exportations est primordial pour Jean-Jacques Bréban. Le président du comité interprofessionnel des vins de Provence a en ligne de mire l'Australie mais surtout l'Asie : "Nous ne pouvons pas nous passer d'un tel marché. Nous commençons à y travailler, mais cela prendra sûrement du temps car, aujourd'hui, les Asiatiques ne sont pas prêts pour la consommation du rosé. Ils aiment le vin rouge et nous allons tout faire pour leur faire découvrir le rosé". 

Le comité interprofessionnel des vins de Provence devrait donc trouver, dans les jours qui viennent, une ambassadrice de renom en Chine. Les négociations sont en cours.

Virgine Poiron, propriétaire du Domaine Saint Mitre, expédie 40.000 bouteilles/an en Angleterre - Radio France
Virgine Poiron, propriétaire du Domaine Saint Mitre, expédie 40.000 bouteilles/an en Angleterre © Radio France - Sophie Glotin
Eric Lambert, président du Syndicat Coteaux Varois et Jean-Jacques Bréban du CIVP - Radio France
Eric Lambert, président du Syndicat Coteaux Varois et Jean-Jacques Bréban du CIVP © Radio France - Sophie Glotin