Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Leur usine va fermer : les salariés d'Elivia manifestent à Epinal

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les négociations sur le plan de sauvegarde de l'emploi sont dans l'impasse. Les salariés d'Elivia, usine de transformation de viandes, ont manifesté leur colère ce vendredi 22 février dans les rues d'Epinal avec le soutien de la Confédération paysanne et de certaines associations de consommateurs.

En tête du cortège de la manifestation des salariés d'Elivia-Eloyes à Epinal
En tête du cortège de la manifestation des salariés d'Elivia-Eloyes à Epinal © Radio France - Hervé Toutain

Ils étaient une centaine à manifester dans les rues d'Epinal dans les Vosges ce vendredi 22 février. Des salariés d'Elivia soutenus par des militants de la Confédération Paysanne et certaines associations de consommateurs. L'usine de transformation de viande de bœuf à Eloyes doit fermer ses portes en mai prochain, laissant 81 personnes sur le carreau

Les négociations sur le plan de sauvegarde de l'emploi sont dans l'impasse.  "C'est même catastrophique, alors que le temps presse", s'indigne Christian Leneutre. Le délégué Force-Ouvrière d'Elivia-Eloyes promet des "actions fortes", prochainement, si la direction du groupe refuse d'entendre les revendications des salariés. 

Une inquiétude pour l'avenir partagée par les éleveurs, qui n'ont plus de débouchés. "Je suis là pour défendre un outil indispensable de production locale" martèle Dominique Barad de la Confédération paysanne, qui ne comprend pas dit-il le silence des élus du département.

Un nouveau round de négociations est prévu jeudi prochain, le 28 février, à Angers où se trouve le siège du groupe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess