Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les sangliers coûtent de plus en plus cher aux chasseurs d'Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Seuls les chasseurs et leurs fédérations assument le coût des dégâts causés par les sangliers dans les champs agricoles. Problème, la facture ne cesse d'augmenter en Indre-et-Loire. Cette année elle frôle les deux millions d'euros. Les territoires de chasse privés vont devoir payer davantage.

8 300 sangliers ont été tués par les chasseurs en Indre-et-Loire cette saison. C'est un millier de plus que l'année précédente
8 300 sangliers ont été tués par les chasseurs en Indre-et-Loire cette saison. C'est un millier de plus que l'année précédente © Maxppp - Collection Watier

Et pourtant, les chasseurs tuent chaque année toujours plus de sangliers. 8 300 prélèvements pour cette saison de chasse en Indre-et-Loire, c'est près d'un millier de plus que l'année précédente. Une pression qui s'accentue nettement  quand on sait qu'en moyenne sur ces dix dernières années, les chasseurs tuaient entre 5 500 et 6 500 sangliers par an. 

Mais ça ne suffit pas à limiter les dégâts sur les récoltes agricoles. Si les sangliers se nourrissent des glands dans les bois, ils raffolent également du maïs et d'autres récoltes entraînant de grosses pertes pour l'agriculteur. Et derrière, ce sont les chasseurs qui doivent assumer les frais. Et uniquement eux. 

Au total, les sangliers ont coûté aux chasseurs d'Indre-et-Loire près de deux millions d'euros l'an dernier

Et la facture devient devient de plus en plus lourde. Au 30 juin 2018, la fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire a dû payer 887 000 euros d'indemnités au monde agricole. Quasiment 900 000 euros donc contre 647 000 en 2017 et 542 000 l'année précédente. A cela il faut encore ajouter quasiment le même budget en matériel pour protéger physiquement certaines parcelles agricoles particulièrement touchées par les sangliers. Plus du personnel à payer. Au total, les sangliers coûtent directement et indirectement aux chasseurs 1,9 millions d'euros.  

La fédération doit trouver 400 000 euros pour équilibrer son budget

La fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire a décidé de ne pas augmenter les cotisations de ces membres. Pas d'augmentation non plus des bracelets de sanglier et de cervidés. En revanche, ce sont les territoire de chasse qui vont être mis davantage à contribution. Tous ces territoires privés qui représentent chez nous 90% des zones de chasse en Indre-et-Loire. 

90% de nos chasseurs font le travail. Ils jouent le jeu et contribuent à réguler la population de sangliers. Seuls quelques uns jouent perso et ne jouent pas la partition du monde agricole. Mais globalement, en Indre-et-Loire, ce sont les chasseurs qui gardent la main. Ce sont eux qui déclenchent le niveau de la population de sangliers et pas les sangliers qui dépassent les chasseurs." Alain Belloy, le président de la fédération des chasseurs d'Indre-et-Loire. 

  • Chasse
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu