Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les sangliers reviennent, et ils sont toujours plus nombreux dans le Bergeracois

-
Par , France Bleu Périgord
Pombonne, Bergerac, France

Les agriculteurs et les habitants n'en peuvent plus : les sangliers sont de retour et ils sont de plus en plus nombreux, à saccager les jardins, les champs et les vignes.

Autour des vignes de Christian, le sol est défoncé par les sangliers.
Autour des vignes de Christian, le sol est défoncé par les sangliers. © Radio France - Jade Peychieras

Des mottes de terre et des trous béants sur des milliers de mètres carrés, c'est le paysage de désolation qui s'étale désormais sous les yeux de Christophe Rousseau. "On est à dix mètres de la maison pourtant", explique cet habitant de Pombonne, près de Bergerac, dont le jardin est dévasté. "Ils viennent chercher à manger. Avec leur groin et leurs pattes ils grattent la terre. Ça va me demander des heures de travail pour tout remettre en place, ratisser, tasser et ressemer", se désole-t-il. 

A quelques encablures du jardin de Christophe, plus grave : les vignes de Christian, prises pour cibles par les sangliers. "On n'a pas besoin de travailler le sol, il est déjà bien labouré", plaisante le viticulteur. Mais derrière la blague, du travail en plus "et des sous, bien sûr", glisse-t-il.  Pour l'instant, pas de dégât sur les pieds de vigne, seul le sol est abîmé, mais Christian est inquiet pour la suite. "Vu le nombre de sangliers qu'il y a dans le secteur, on risque d'avoir des problèmes sur les récoltes. Ils se multiplient à vitesse grand V", assure-t-il.  En 2003 déjà, avec la sécheresse Christian avait eu des pertes (les sangliers se désaltèrent en mangeant les grappes). Mais depuis, le nombre de sangliers a explosé : rien qu'autour de chez lui, ils seraient plus d'une vingtaine à se balader toutes les nuits. 

Les sangliers grattent le sol à la recherche de nourriture
Les sangliers grattent le sol à la recherche de nourriture © Radio France - Jade Peychieras

Moins de chasse et plus de zones en friche   

Selon Francis Pourqueville, lieutenant de la louveterie dans la zone bergeracoise, cette prolifération est due à plusieurs facteurs : "Les espaces chassables sont de moins en moins nombreux et dans le même temps les zones non-défrichées se multiplient, avance-t-il. En plus de cela, certaines personnes les nourrissent, du coup les portées sont plus importantes. Enfin, le climat a changé, il n'y a plus de fortes gelées comme auparavant, ce qui permettait d'éliminer quelques individus. Il faut donc réguler, ce qui n'est pas facile", admet le lieutenant de la louveterie.

Pas facile mais indispensable : "Qu'il y ait quelques animaux, c'est bien, mais on a atteint un niveau trop important".  Récemment, le préfet a autorisé les tirs de nuit. Pas le plus efficace selon Christian Rousseau, notre habitant à Pombonne : "Un seul animal a pu être neutralisé et ça n'a pas fait fuir les autres." Il réclame l'organisation de battues plus conséquentes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess