Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les terres agricoles du Loiret n'ont jamais été aussi sèches

-
Par , France Bleu Orléans

Avec un déficit de 80% de précipitations ce mois d'avril, la sécheresse s'est installée dans le Loiret. Les sols sont désséchés en profondeur. Les agriculteurs redoutent des pertes importantes, à l'heure de planter le tournesol et la betterave.

Les très faibles précipitations du mois d'avril laissent les champs du Loiret désséchés sur les deux premiers mètres.
Les très faibles précipitations du mois d'avril laissent les champs du Loiret désséchés sur les deux premiers mètres. © Radio France - CEDRIC LIETO

Les champs du Loiret ont grand-soif. Le mois d'avril est particulièrement avare en pluie cette année. Les 12 stations Météo-France du département enregistrent un déficit de précipitations de 80% en-deçà de la moyenne. Un record, après un automne et un hiver à la pluviométrie faible.

"Ce déficit de 80% pour le mois d'avril se surajoute à celui d'environ 50% du mois de mars et des 20% du mois de février, donc trois mois secs - excissivement sec pour avril - ont comme conséquence que les sols sont excessivement secs dans les deux premiers mètres. Il faut savoir que jusqu'à fin mars, les précipitations servent à remplir les nappes phréatiques et les précipitations qui tombent après, du mois d'avril jusqu'à l'été servent à assurer la croissance des végétaux", détaille le prévisionniste de Météo-France, Patrick Casteiltort. 

Les semis en danger

Cette sécheresse exceptionnelle fait suite aux épisodes de gel du début de ce mois d'avril. Les cultures de betteraves, de vignes et d'arbres fruitiers ont déjà pris un grand coup de froid. "Maintenant, les plantes peinent par la sécheresse avec ce vent du nord-est qui qui a tout desséché, se désole l'agriculteur et maire de Beaune-La-Rolande, Michel Masson. La terre des champs est désséchée sur les deux premiers mètres. La situation commence à devenir critique. Les semis de tournesol sont terminés et ceux de maïs sont en fin. Mais nous semons dans dans une terre sèche. Donc ça ne va pas lever, il faudra irriguer." Une solution dont tous les agriculteurs ne disposent pas.  

Si il est encore trop tôt pour estimer les répercussions de cet épisode de sécheresse, Michel Masson pressent une mauvaise récolte, y compris sur les grandes parcelles céréalières. "A partir d'un grain blé, il peut y avoir cinq ou six épis. Quand il y a une sécheresse comme celle-ci, il n'y a que le maître-brin qui monte, qui monte "à graines". Et donc, il n'y a plus qu'un épi au lieu de cinq ou six. Évidemment, le rendement s'en trouve affecté", conclut le président de la chambre d'agriculture. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess