Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Béarn : les vacances à la ferme de plus en plus prisées

-
Par , France Bleu Béarn

Ca s'appelle le Woofing. Le but est de passer plusieurs jours chez un agriculteur, en échange d'un coup de main de quelques heures par jour. Dans les Pyrénées-Atlantiques, 30 fermes s'y sont mises.

Dans son exploitation de plantes médicinales à Baigts-de-Béarn, Fabien accueille deux woofeuses et leur bébé.
Dans son exploitation de plantes médicinales à Baigts-de-Béarn, Fabien accueille deux woofeuses et leur bébé. © Radio France - Maud Calvès

Pau, France

Le woofing, c'est un échange de bon procédé. Le volontaire, le "woofer", aide l'agriculteur qui l’accueille à raison de quatre ou cinq heures par jour. En échange, il est logé, nourri et expérimente un nouveau métier. L'agriculteur et le woofer sont mis en contact grâce à une plateforme.  Cette plateforme, c'est un peu "le bon coin" du séjour à la ferme. On y trouve la liste des exploitations, ce qu'elles proposent : familles acceptées ou non, accueil pendant une ou deux semaines, les repas partagés, et le profil des volontaires. Avant de fixer une date, l'agriculteur et le woofer échangent, fixent les règles pour que tout se passe bien. Le but n'est pas d'avoir de la main d'oeuvre gratuite mais bien d'échanger et de se former auprès de professionnels. Et parfois, pour les agriculteurs, ce n'est pas toujours un gain de temps.

"Tester des choses concrètes"

Souvent, les volontaires sont des jeunes qui veulent monter leur exploitation. Comme Amandine, originaire de Vendée. 

On profite de ces quelques mois pour découvrir le métier, voir si la réalité des choses est vraiment faite pour nous. On peut s'engager dans un rêve personnel mais le woofing c'est une bonne manière de tester des choses concrètes." Amandine, woofeuse. 

Elle est venue passer quelques jours dans l'exploitation de Fabien, producteur de plantes médicinales, à Baigts-de-Béarn. Pour ses woofers, Fabien a aménagé un espace commun dans sa grange avec cuisine, douche, W.C et installé des tentes et des caravanes dans son jardin. Son planning est complet jusqu'à la fin de l'été. 

Depuis sa création en 2007, la plateforme recense 10% de woofers supplémentaires tous les ans. Les Pyrénées-Atlantiques et les Pyrénées-Orientales sont les départements où il y a le plus de fermes et de volontaires.

Les volontaires viennent apprendre un nouveau mètier.