Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les vignerons champenois veulent limiter les produits phytosanitaires

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne
Épernay, France

La champagne se mobilise pour réduire l'utilisation des produits phytosanitaires. Le CIVC et l'Agence de l'eau Seine Normandie sont associés depuis 15 ans pour mettre en application le programme gouvernemental Ecophyto. Objectif : réduire de 50% ces produits dans les vignes d'ici 2025.

Le domaine de Plumecoq à Chouilly
Le domaine de Plumecoq à Chouilly © Radio France - Annelaure Labalette

Avant de mettre en application le programme Ecophyto, un bilan complet de la qualité des eaux superficielles et souterraines a été effectué par différentes captations dans les différents cours d'eau du département de la Marne. La situation est très préoccupante car de nombreux résidus de produits phytosanitaires ont été retrouvés. Dans les eaux superficielles de la Marne après Epernay, les chercheurs ont observé 70 molécules résiduelles. Ce nombre grimpe à 169 pour la Marne vignoble.

Les différents acteurs du champagne accompagnés du CIVC (Comité Champagne) et de l'Agence de l'eau Seine Normandie de Châlons se sont donc associés pour trouver des solutions afin de réduire au maximum la présence de ces produits dans l'eau. Ils ont aussi décidé de réduire leur utilisation de produits phytosanitaires dans le traitement des vignes. Les premiers résultats ont été présentés ce lundi au domaine de Plumecoq à Chouilly, près d'Epernay.

Le domaine de Plumecoq: un véritable laboratoire expérimental
Le domaine de Plumecoq: un véritable laboratoire expérimental © Radio France - Annelaure Labalette

Des efforts au quotidien depuis maintenant 15 ans

Les vignerons champenois souhaitent revenir à des traitements plus naturels pour les vignes. L'idée générale est de faire plus d'agronomie et moins d'agrochimie.

  • Les pulvérisations aériennes par hélicoptère sont désormais inexistantes en champagne depuis 2014.
  • Les vignerons ont divisé par 10 l'utilisation de fertilisants (nitrates et phosphates)
  • Ils développent de plus en plus l'enherbement dans les inter-rangs de vignes et sur les contours: 20% en 2012 et 31% en 2015
  • Un gros travail a été effectué sur le réaménagement des espaces interstitiels du vignoble laissant la place au développement de la faune et de la flore (lombrics, arthropodes et oiseaux)
  • Les enjambeurs ont été équipés de cuves d'eau claire pour rincer les appareils après chaque session de traitement. L'objectif du plan Ecophyto est de créer 25 aires de lavage collectif d'ici 2025.
un prototype de machine autonome crée par VitiBot, une start up chalonnaise
un prototype de machine autonome crée par VitiBot, une start up chalonnaise © Radio France - Annelaure Labalette

Des idées innovantes pour limiter l'utilisation des produits phytosanitaires

La start up VitiBot de Châlons-en-Champagne a créé cette grue autonome, capable de labourer et/ou de faire des pulvérisation dans les vignes sans que l'homme n'intervienne. C'est le même principe qu'un enjambeur traditionnel à la différence que la cabine où s'installe d'habitude le vigneron a été remplacée par un cerveau artificiel programmable. Le capteur installé sur le haut de la machine a une vision à 360 degrés et à 100 mètres au loin. Il avance donc tout seul dans les rangs de vignes.

La grue autonome crée par VitiBot
La grue autonome crée par VitiBot © Radio France - Annelaure Labalette

Cette machine permet aussi d'effeuiller les vignes à la demande, ce qui évite d'avoir à utiliser des produits désherbants. Elle devrait être commercialisée en 2018 et ne devrait pas coûter plus cher qu'un enjambeur traditionnel. En attendant, elle est en test au domaine de Plumecoq, à Chouilly.

La ferme expérimentale du Domaine Plumecoq à Chouilly
La ferme expérimentale du Domaine Plumecoq à Chouilly © Radio France - Annelaure Labalette
Choix de la station

À venir dansDanssecondess