Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Les vignerons jurassiens sont toujours à la recherche de vendangeurs

Le vignoble jurassien a besoin de vous ! Les vendanges débutent le 27 août et les vignerons cherchent encore leur main d'oeuvre saisonnière. A dix jours de la date fatidique, l'association en charge du recrutement dans le Jura a encore 100 postes à pourvoir.

Un vignoble jurassien en juillet 2018 - Photo d'illustration
Un vignoble jurassien en juillet 2018 - Photo d'illustration © Radio France - Laurine Benjebria

Jura, France

Recruter de la main d'oeuvre saisonnière dans les vignes n'est plus une mince affaire depuis longtemps déjà, mais cette année le problème persiste, s'aggrave et inquiète les professionnels. Sur les 500 postes de vendangeurs jurassiens cet été, il reste encore 100 emplois à pourvoir.

Des vendanges précoces

Les vendanges débutent le 27 août cette année dans le Jura et pour le moment, à dix jours de la date fatidique, toutes les équipes ne sont pas encore constituées. Un problème qui touche tous les domaines. Chez Patrick Clavelin, au Vernois, près de Lons-le-Saunier, il faudrait une vingtaine de personnes pour ramasser manuellement le raisin. Si cet été, la récolte est bonne et précoce, trouver des bras c'est plus compliqué. "C'est un peu difficile quand on parle de mi-août début septembre parce que les gens ne sont pas habitués et pour le moment ils sont un peu en congés" expliquait déjà en juillet Patrick Clavelin.

Ce problème de recrutement, ça fait déjà trois ans qu'il dure chez Frédéric Lambert, au Chateley près de Poligny. "Il y a deux ans on avait une liste d'attente, l'an dernier on n'a pas eu de liste d'attente et on a fait les vendanges sur le fil et là cette année on a plus de mal à recruter" se désole Frédéric. Alors pour la première fois, Frédéric songe à recruter de la main d'oeuvre étrangère. Un phénomène de plus en plus commun dans les vignes jurassiennes.

Un recrutement qui se fait maintenant via Facebook

Pour trouver tous ces bras, les vignerons ont un numéro, celui de Soélis Défi, une association qui met en contact les offres et les candidats. Elizabeth Bayard est en charge des vendanges dans ce groupement d'employeurs.En tout Elizabeth Bayard a besoin de 500 vendangeurs pour 44 domaines. A dix jours des vendanges, il reste encore une centaine de postes non pourvus. Un manque de main d'oeuvre dû selon Elizabeth notamment à "une diminution du nombre de chômeurs sur le Jura".

Pour trouver les saisonniers, passer des coups de fils à son réseau personnel, organiser des journées de recrutement n'est pas suffisant. L'association se met donc aux réseaux sociaux. A travers sa page Facebook elle poste des annonces. Les candidats n'ont plus qu'à s'inscrire en ligne.

Et la bonne nouvelle cette année, c'est qu'Elizabeth peut compter sur les étudiants, une main d'oeuvre devenue de moins en moins commune car d'habitude les dates de vendanges tombaient en même temps que la rentrée. "Là pour les étudiants c'est une aubaine, on peut travailler une semaine avant la reprise de la fac" note  Elizabeth, enthousiaste.

"C'est l'occasion une semaine avant la reprise des cours, de se faire une petite mise en bouche physique et un petit peu d'argent"

Pour être vendangeur, pas besoin d'avoir de gros bras, il suffit de supporter les courbatures, d'aimer le travail au soleil, d'être âgé d'au moins 16 ans et d'être mobile pour pouvoir se déplacer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu