Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Les viticulteurs de Drôme et d'Ardèche inquiets de l'impact du coronavirus sur leurs ventes

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Ils sont à la fois victimes de la fermeture des restaurants, des moments festifs qui pour beaucoup ont disparu, et des incertitudes sur la tenue des marchés des vins.

Une dégustation de vin, ici pendant la foire aux vins de Saint-Péray.
Une dégustation de vin, ici pendant la foire aux vins de Saint-Péray. © Radio France - Victor Vasseur

La crise économique liée au coronavirus touche aussi les viticulteurs drômois et ardéchois. Ils sont des victimes collatérales de la fermeture des restaurants, de la fermeture des frontières avec l'export et du tourisme en baisse ou encore de l'interdiction des rassemblements et donc des moments de célébrations où l'on consomme souvent du vin pétillant notamment. 

La vente dans la restauration à l'arrêt

Les viticulteurs qui vendent principalement leurs vins dans l'hôtellerie-restauration sont privés de débouchés et espèrent que ces établissements rouvriront le plus vite possible. "Maintenant, il ne faut pas louper la saison touristique parce que ce serait catastrophique pour le monde du vin, insiste Alain Bayonne, le directeur de la cave coopérative La Suzienne, qui réunit 230 vignerons. La situation est déjà très très difficile et je pense que certains structures ne s'en remettraient pas."

Une forte baisse des ventes à l'export

Les viticulteurs qui exportent une grande partie de leur production sont aussi très touchés par la fermeture des frontières. "Nous avons de gros problèmes avec les maisons de négoce qui vendent sur le marché français ou exportent car elles sont à l'arrêt et nous disent qu'elles ne sont plus aux achats et qu'elles attendent de voir avant de refaire du stock", explique Alain Bayonne, qui demande un soutien gouvernemental fort, au-delà des mesures déjà annoncées.

Les moments festifs quasiment disparus

Le marché des vins pétillants est également très touché par les mesures prises pour éviter la propagation du coronavirus, puisque les moments festifs, ceux où l'on boit souvent ces vins comme le champagne, la clairette ou le crémant, ont quasiment disparu. "Pas de mariage, pas de moments de fête, pas de commandes de clairette, résume Fabien Lombart, le président du syndicat de la Clairette de Die, qui réunit 300 vignerons et vigneronnes. Donc oui, les caves qui vendent principalement sur ces événements n'ont tout simplement pas de commandes."

Des incertitudes sur la tenue des salons des vins

Et les viticulteurs s'inquiètent aussi pour la suite, et notamment pour les salons des vins. "Est-ce qu'il faudra le nombre de personne dans la salle en même temps ? Est-ce qu'on pourrait faire des dégustations comme on veut ?, s'interroge Benoît Nodin, le président de l'AOC Saint-Péray, qui doit organiser son salon des vins début septembre. Il y a encore beaucoup d'incertitudes et ça fait partie des choses qui vont nous poser souci parce que les marchés des vins font une part non négligeable de notre chiffre d'affaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu