Agriculture – Pêche

Les viticulteurs de Gironde poussent un coup de gueule contre le grossissement du logo "femme enceinte"

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde vendredi 20 janvier 2017 à 17:08

Le logo "femme enceinte" (visible en bas à droite) pourrait bientôt voir sa taille doubler.
Le logo "femme enceinte" (visible en bas à droite) pourrait bientôt voir sa taille doubler. © Radio France - Damien Gozioso

Le Gouvernement envisage un grossissement du logo "femme enceinte", obligatoire sur toutes les bouteilles d'alcool depuis 2007. La filière viticole girondine dénonce une "mesurette" et organise la riposte.

La Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGVB) dit stop. Un comité interministériel réfléchit à l'agrandissement du logo "femme enceinte" présent sur les bouteilles de vin (et d'alcool en général) en place depuis dix ans, les viticulteurs dénoncent une "mesurette" prise par "fausse bonne conscience".

Hervé Grandeau : "On ne peut pas croire qu'un logo agrandi sera la recette miracle à l'arrêt des phénomènes d'alcoolisme".

L'impact du logo en question

La FGVB met notamment en avant le fait qu'aucune étude sur la consommation d'alcool par les femmes enceintes depuis la mise en application de ce logo n'existe. "On ne sait pas si ça marche" avance Hervé Grandeau, le président de la FGVB. Jusqu'à aujourd'hui, le logo fait environ 5 millimètres selon Hervé Grandeau et pour lui, doubler sa taille ne le rendrait pas pour autant plus dissuasif.

"Pour faire un parallèle, ce sont les radars qui font baisser la vitesse sur les routes, pas les panneaux" renchérit Bernard Farges, président du syndicat des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur. Les représentants dénoncent en plus de cela une mesure "unilatérale, prise sans concertation" et demandent un débat parlementaire.

Demain, la bouteille neutre ?

La FGVB se dit conscient des risques concernant le syndrome d'alcoolisation fœtale mais demande, au lieu de cette mesure, plus de prévention et de formation de la part des professionnels de santé. "Aujourd'hui nous pourrions mettre en place ce nouveau logo, mais demain, on nous demandera quoi ?" lance Hervé Grandeau. Le risque est selon lui de mettre le doigt dans un engrenage : "aujourd'hui un logo plus gros, demain un logo en couleur, et on arrivera bientôt à une étiquette noyée par les messages sanitaires". Et ça la viticulture girondine n'en veut pas.

Pour se faire entendre, la FGVB compte sur les parlementaires et en appelle au Premier Ministre et même au Président de la République, "comme au moment de la clarification de la loi Evin" rappelle Hervé Grandeau.

Jean-François Quenin, Président du Conseil des Vins de Saint-Émilion, et Hervé Grandeau, Président de la FGVB, vent debout contre l'agrandissement du logo "femme enceinte" sur les bouteilles de vin. - Radio France
Jean-François Quenin, Président du Conseil des Vins de Saint-Émilion, et Hervé Grandeau, Président de la FGVB, vent debout contre l'agrandissement du logo "femme enceinte" sur les bouteilles de vin. © Radio France - Damien Gozioso