Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les viticulteurs s'inquiètent de l'arrivée du vin de table en Bourgogne

samedi 28 octobre 2017 à 11:21 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Ce n'est pour l'instant qu'un projet, mais qui commence à devenir concret : des demandes ont été déposées pour planter en Bourgogne 65 ha de "vins de France", des vins sans indication géographique. Les professionnels du vin s'inquiètent d'un "détournement de notoriété".

Des demandes ont déjà été déposées pour 65 ha de plantation
Des demandes ont déjà été déposées pour 65 ha de plantation © Radio France - Jacky Page

Bourgogne, France

On les appelle "vins de table" ou "vins de France", ce sont en fait des vins sans indication géographique, et ils pourraient arriver en Bourgogne. Des demandes ont été déposées pour 65 ha de plantation dans la région. Ces plantations pourraient côtoyer les appellations d'origine contrôlée et les professionnels craignent un "détournement de notoriété".

La loi empêche de faire figurer le mot "Bourgogne" ou toute autre appellation sur l'étiquette d'une bouteille de "Vin de France". Mais rien n'empêche, au dos de la bouteille, sur une contre-étiquette, de mentionner le lieu de fabrication ou le cépage. Le risque, c'est que ces vins de table profitent de la notoriété des vins bourguignons, "et que le consommateur ne sache plus très bien à quel type de vin il a affaire" explique Jean-Michel Aubinel, le président de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB).

Le conseil de bassin viticole Bourgogne-Beaujolais-Savoie et Jura demande à l’État une limitation drastique (0.1 hectare) des autorisations de ces plantations en 2018, le temps de mener un vrai débat sur la filière.