Agriculture – Pêche

Les voisins se mobilisent après un incendie dans une ferme de Servin

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Besançon mercredi 24 août 2016 à 15:43

Les pompiers du village se relaient nuit et jour pour sécuriser l'exploitation
Les pompiers du village se relaient nuit et jour pour sécuriser l'exploitation © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Un incendie a détruit 400 tonnes de fourrage dans la nuit de mardi à mercredi à Servin, près de Baume-les-Dames. Deux veaux sont morts dans les flammes. En attendant le constat des assurances, une bonne partie du village s'est mobilisée pour aider l'agriculteur.

Les bottes de fourrage fument encore et ça sent le brûlé dans tout le village. Les voisins défilent sur l'exploitation pour proposer leurs services. Ferréol gère la ferme d'à côté avec son frère, il explique que "ça peut arriver, c'est la surchauffe du fourrage. S'il n'a pas séché assez longtemps, il monte à 80 - 90 degrés et il finit par s'enflammer".  Il est quand même choqué de constater les dégâts, parce qu'il connaît ce bâtiment depuis qu'il est tout petit.

Des voisins ont fait des pizzas pour nourrir les pompiers

Alors, juste après l'incendie, il a appelé pour demander ce qu'il pouvait faire. C'est comme ça que ça fonctionne dans le village de Servin. Il y a cinq agriculteurs, et ils se serrent les coudes : "on fait déjà un métier assez difficile, alors si en plus on se tirait dans les pattes ... "  Il est donc venu avec son frère, et son tracteur, pour emmener le fourrage brûlé dans un lieu sûr. Le maire du village, agriculteur lui aussi, a passé la nuit sur place, et toute la journée il a passé des coups de téléphone pour que les choses rentrent dans l'ordre au plus vite.

Les pompiers arrosent le fourrage que les voisins emmènent ensuite en lieu sûr - Radio France
Les pompiers arrosent le fourrage que les voisins emmènent ensuite en lieu sûr © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Céline est venue avec ses enfants pour soutenir son mari qui est pompier dans le village. Il a passé la nuit et une bonne partie de la journée sur place. Heureusement à l'heure du déjeuner, les filles d'autres voisins arrivent avec des cartons remplis de nourriture. "Ils ont un four à pain au centre du village, ils ont fait des pizzas et des gâteaux de ménage pour nourrir les pompiers et les agriculteurs", sourit Céline, "on est vraiment très solidaires dans le village, c'est merveilleux."

Du soutien moral et physique qui permettra au moins de déblayer rapidement et de commencer les travaux dès que les assurances auront rendu leur verdict