Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Vosges en manque chronique de fourrage

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Sécheresses estivales à répétition et hivers trop doux. Chaque été le fourrage devient une denrée rare alors que les stocks sont au plus bas. Dans les Vosges le déficit est de plusieurs milliers de tonnes. Acheter du foin coûte de plus en plus cher aux éleveurs.

vaches dans une exploitation vosgienne
vaches dans une exploitation vosgienne © Radio France - Hervé Toutain

Un printemps très sec, qui n'a pas permis une première coupe de foin suffisante entre mars et mai derniers, alors que les stocks sont au plus bas, après trois ans consécutifs de manque d'eau. Depuis le 15 juillet dernier, les éleveurs vosgiens puisent dans leurs réserves d'hiver pour nourrir leurs bêtes. Un scénario qui se répète d'année en année et qui inquiète dans un département voué à l'élevage. Des milliers de tonnes de fourrage manquent à l'appel. "A cela s'ajoute un déficit structurel dans tout l'est des Vosges terre de pâturages" souligne Philippe Clément, président départemental de la FDSEA. 

Et le phénomène est national, "ce qui réduit d'autant les possibilités de se procurer du fourrage à un coût soutenable" poursuit Philippe Clément qui constate une flambée des prix du transport. Faire venir de la paille de la Marne ou de l'Ile-de-France coûte entre 30 et 40 euros la tonne. Tous les territoires sont en concurrence, et chacun a tendance à réserver sa production aux éleveurs locaux. 

La solution, ce sont les achats groupés. "Comme les années précédentes, et si la situation se détériore encore, nous allons mettre en place un tel système", conclut Philippe Clément qui attend la fin des moissons pour estimer les besoins.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess