Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Limoges: face à face tendu entre éleveurs de la Coordination Rurale et militants de l'association L214

-
Par , France Bleu Limousin

Une trentaine de militants de l'association L214 ont réalisé une action place d'Aine ce samedi après-midi à Limoges. Face à eux, une quarantaine de membre de la Coordination Rurale est venue faire une contre-manifestation. La rencontre des deux a donné lieu à des débats parfois houleux.

Face à face ce samedi place d'Aine à Limoges entre les militants de la cause animale de l'association L214, en gilets et t-shirts oranges et les membres de la Coordination Rurale en gilets jaunes.
Face à face ce samedi place d'Aine à Limoges entre les militants de la cause animale de l'association L214, en gilets et t-shirts oranges et les membres de la Coordination Rurale en gilets jaunes. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Ce samedi place d'Aine à Limoges, c'était un petit peu deux salles, deux ambiance. D'un côté, en gilets et t-shirts oranges, les militants de l'association L214 munis de grandes pancartes. Sur ces dernières des photos, issues de vidéos filmées dans des élevages intensifs, partout en France. Un happening à l'occasion d'une opération nationale de l'association de défense de la cause animale qui n'a pas plu du tout aux agriculteurs.

Les militants de L214 sont venus dénoncer les élevages intensifs en France, photos à l'appui sur de grandes pancartes. - Radio France
Les militants de L214 sont venus dénoncer les élevages intensifs en France, photos à l'appui sur de grandes pancartes. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

La Coordination Rurale, dont les membres étaient vêtus de gilets fluo jaunes,  a décidé d'organiser sur le même lieu, à la même heure une contre-manifestation. Ils ont installé une plancha et ont offert des dégustations aux passants tout en affichant haut et fort leur slogan " Pour sauver un paysan, mangez un végan" ou encore "Foutez-nous la paix, laissez nous travailler!" 

Les agriculteurs de la Coordination Rurale ont répondu aux militants de la cause animale en installant une plancha et en offrant des dégustations de viande aux passants.  - Radio France
Les agriculteurs de la Coordination Rurale ont répondu aux militants de la cause animale en installant une plancha et en offrant des dégustations de viande aux passants. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Dénoncer les prix bas qui entraînent l'élevage intensif

Le face à face a duré plus de trois heures, et a donné lieu à des échanges parfois houleux. Beaucoup de militants de L214 présents ne consomment plus de viande mais ils n'étaient pas uniquement pour convertir les passants de passer à une alimentation végétarienne ou végétalienne. 

Bien sûr dans son idéal, Nicolas Boutaud, le co-référent de l'association à Limoges aimerait un monde sans consommation de viande, mais il souhaite surtout que le public soit sensibilisé " C'est vraiment un minimum de ne pas toujours être obnubilé par le prix" explique-t-il tout en reconnaissant que c'est parfois compliqué pour les petits revenus ''Mais le prix bas entraîne des conséquences très problématique d'un point de vue moral" . Dans la lune de mire de l'association ce samedi, l'élevage intensif. 

Les discussions ont parfois été houleuses entre les militants de L214, dont le co-référent Nicolas Boutaud, et les membres de la Coordination Rurale.  - Radio France
Les discussions ont parfois été houleuses entre les militants de L214, dont le co-référent Nicolas Boutaud, et les membres de la Coordination Rurale. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Défendre la qualité des producteurs locaux

Mais pour Charles Muller la dénonciation de l'élevage intensif n'est qu'un "Cheval de Troie" de l'association de défense de la cause animale " Ils l'utilisent pour élargir le cercle de leurs sympathisants. Ils sont contre l'élevage tout court et l'on bien montré par le passé". Si lui et d'autres membres de la Coordination Rurale sont venus faire face, c'est que ce happening est une provocation à leurs yeux. _" Le métier est assez dur comme ça"_explique-t-il en évoquant la signature du traité de libre-échange avec le Canada (CETA) et les discussions autour de son équivalent avec les pays d'Amérique du Sud ( MERCOSUR). 

Parmi les slogans utilisés par la Coordination Rurale "Foutez-nous la paix, Laissez-nous travailler" ou encore ... "pour sauver un paysan , mangez un végan" - Radio France
Parmi les slogans utilisés par la Coordination Rurale "Foutez-nous la paix, Laissez-nous travailler" ou encore ... "pour sauver un paysan , mangez un végan" © Radio France - Delphine-Marion Boulle

" On n'a pas besoin de gens qui veulent dicter un mode de vie à d'autres" poursuit Charles Muller. Entendre les militants de L214 parler bien-être animal le met en colère "Je passe plus de temps avec mes bêtes qu'avec ma propre fille" lance Charles Muller alors que d'autres éleveurs ont invité les militants à venir par eux-même juger leur exploitation. " On est en Haute-Vienne ici, en Limousin, on produit de la viande vendue en France, partout en Europe, dans le monde entier et reconnue pour sa qualité !" rajoute quant à lui Charles Muller.

Cette peur vis à vis de son association, Nicolas Boutaud l'entends et la comprends. Même si il défend un mode de vie sans viande, lui aussi aimerait que les gens se tournent vers de la  production locale de qualité plutôt qu'à une viande produite en masse et de manière intensive. Preuve, que les deux groupes n'étaient peut être pas loin de parvenir à s'entendre. 

Choix de la station

France Bleu