Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

A Limoges, la confédération paysanne engage un bras de fer avec l'Etat

lundi 28 août 2017 à 17:56 Par Françoise Ravanne, France Bleu Berry, France Bleu Besançon et France Bleu Limousin

C'est avec la ferme intention de rester sur place tant qu'il le faudra que des membres de la confédération paysanne ont investi ce lundi après-midi les locaux de l'Agence de services et de paiement à Limoges, à qui ils réclament depuis trois ans le versement des aides de la PAC.

Les agriculteurs de plusieurs régions françaises investissent les locaux de l'ASP à Limoges
Les agriculteurs de plusieurs régions françaises investissent les locaux de l'ASP à Limoges © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Ils viennent d'Alsace, du Jura, de la Loire ou encore de l'Aveyron et du Poitou. Ils sont plus d'une cinquantaine d'agriculteurs à s'être mobilisés derrière la confédération paysanne et à avoir investi à Limoges l'ASP, l'agence de services et de paiement pour réclamer à l'Administration le versement de la totalité des aides de la PAC que l'Etat s'était engagé à payer.

" On nous doit toujours une partie des aides de 2015" Nicolas Giraud, secrétaire national de la Confédération paysanne

"Nous sommes très angoissés pour l'avenir et notamment pour ceux qui viennent de s'installer et qui déjà songent à baisser les bras" avoue Catherine Rabuel, qui élève des moutons au Vigen en Haute-Vienne. "Certains d'entre nous n'ont toujours pas perçu la totalité des aides de la Pac pour l'année 2015" ajoute le secrétaire national de la confédération paysanne en charge de l'élevage Nicolas Giraud, venu spécialement du Jura. "On veut que l'Etat nous paie immédiatement ce qu'il nous doit mais aussi qu'il mette la main au porte monnaie pour payer tous les frais que ces retards de paiement ont entraîné pour nos agriculteurs comme par exemple les agios" explique t-il aussi... et pas question pour lui de quitter les lieux tant que le ministre de l'agriculture n'aura pas répondu à leurs doléances.

Les agriculteurs s'installent confortablement dans les locaux de l'ASP avec l'intention de tenir un siège - Radio France
Les agriculteurs s'installent confortablement dans les locaux de l'ASP avec l'intention de tenir un siège © Radio France - Françoise Ravanne

"Ils ont tenu six semaines à la maison du lait, et sont prêts à tenir à Limoges"

Cette opération coup de poing se veut d'envergure nationale car ce même lundi des péages d'autoroutes ont été ouverts par la confédération paysanne dans le Sud-Ouest de la France . En tous cas les agriculteurs qui se sont installés dans les locaux du ministère de l'agriculture à Limoges n'ont pas l'intention d'en bouger tant qu'ils n'auront pas eu satisfaction , beaucoup sont venus avec leurs duvets et des victuailles. Une action qui coïncide avec l'ouverture des Etats Généraux de l'alimentation à Pariset ce n'est pas un hasard explique le porte parole du syndicat agricole, le stéphanois Laurent Pinatel. "_On nous dit il faut revoir les relations commerciales entre les paysans, les distributeurs... et l'Etat nous donne pas l'argent qu'on nous doit donc nous on reste là tant qu'on est pas payé "_ajoute t-il.

A la confédération paysanne on se souvient avoir tenu un siège de six semaines à la maison du lait à Paris, pour obtenir satisfaction, C'était à l'automne 2010. " Donc nous on sait faire" concluent les agriculteurs