Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Loire-Atlantique : la chaleur et l'humidité des sols inquiètent les arboriculteurs

Par

Dans certaines exploitations de Loire-Atlantique, les conséquences de l'hiver ne se sont pas faites attendre. Des bourgeons se développent sur les arbres fruitiers avec deux ou trois semaines d'avance par rapport à une année normale, ce qui inquiète les producteurs qui redoutent des gelées tardives.

Dans certaines exploitations de Loire-Atlantique, des bourgeons apparaissent avec deux à trois semaines d'avance. Dans certaines exploitations de Loire-Atlantique, des bourgeons apparaissent avec deux à trois semaines d'avance.
Dans certaines exploitations de Loire-Atlantique, des bourgeons apparaissent avec deux à trois semaines d'avance. © Radio France - Florian Cazzola

Lorsqu'on se balade dans la production de Laurent Jouve, à Oudon, et qu'on jette un coup d'œil à ses pommiers, une chose frappe : le bourgeonnement a déjà commencé. "On a deux à trois semaines d'avance par rapport à d'habitude", détaille celui qui possède, entre autre, huit hectares de pommiers. Les températures clémentes de ces dernières semaines - nettement au dessus des normales de saison - accélèrent l'arrivée des fleurs avec le risque qu'une partie de la récolte parte à la poubelle si des gelés tardives s'abattent sur la Loire-Atlantique

Publicité
Logo France Bleu

Des sols gorgés d'eau dans certaines productions de Loire-Atlantique

"Il faut savoir que quand la nature démarre très tôt comme c'est le cas actuellement, pour nous agriculteurs, ce n'est jamais un bon signe, analyse Laurent Jouve. Certes, on apprécie avoir chaud un peu plus tôt mais on le paie tôt ou tard." Comme l'année passée et en 2017, les agriculteurs redoutent des chutes de températures entre les mois de mars et de mai qui pourraient avoir un impact sur leur récolte. Et donc leurs revenus. "Ces gelés là font énormément de dégâts car tous les végétaux ont enlevé leur protection contre le froid de l'hiver", ajoute cet arboriculteur- maraîcher qui ne jure que par le bio. 

En général, on fait face à des petits gels mais répétés au printemps et à chaque fois on perd 1, 2, 3, 5% de la récolte et à un moment ça fait quand même un gros volume.

À une trentaine de kilomètres de là, à Vertou, le constat est le même. "Quand on a des années très précoces, ce ne sont pas des années de bonne récoltes, promet Michel Delhommeau, directeur général des Coteaux Nantais et président des producteurs de fruits de Loire-Atlantique. En général, on fait face à des petits gels mais répétés au printemps et à chaque fois on perd 1, 2, 3, 5% de la récolte et à un moment ça fait quand même un gros volume." Cette année, les caprices climatiques donnent "des sueurs froides" au producteur car en plus des températures élevées pour la saison, certains professionnels du secteur doivent composer avec des sols gorgés d'eau. 

"Il faut savoir qu'au printemps, lorsque l'arbre fleurit, il le fait sur ses réserves de l'année passée, argumente celui qui cultive 87 hectares de pommiers. Et si les racines ne prennent pas le relais des réserves de l'arbre parce-qu'elles sont dans l'eau, on peut avoir des petits arrêts de sève. La fleur va couler, comme on dit dans le métier. Elle va mal se polliniser car elle va être en manque de nourriture et le fruit va tomber ce qui veut dire une récolte moins forte." Depuis qu'il a pris le relais de son père, il y a une quarantaine d'années, Michel Delhommeau l'assure : c'est la première fois qu'il observe des sols aussi humides. Il attend maintenant quelques semaines pour voir si ses craintes étaient avérées. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu