Agriculture – Pêche

Loire : enquête publique sur une ferme importante

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 26 janvier 2016 à 16:51

Le GAEC de la Chalamelle est une association de 3 agriculteurs, 4 cet été.
Le GAEC de la Chalamelle est une association de 3 agriculteurs, 4 cet été. © Radio France - (photo d'illustration) Yves Renaud

Une exploitation agricole de Chambéon, près de Feurs dans la Loire, fait l'objet d'une enquête publique jusqu'au 5 février car elle est devenue importante : le cheptel compte plus de 600 bovins.

Le Gaec de la Chalamelle, du nom d'un lieu-dit de Chambéon, au sud de Feurs, a provoqué contre lui une pétition de plus de 23 000 signatures, à l'initiative d'une internaute de tous les combats pour la défense du bien-être animal. En fait, l'exploitation fait l'objet d'une enquête publique depuis le 5 janvier parce que le cheptel compte plus de 600 animaux. "Simple régularisation", explique un des agriculteurs, tout comme un fonctionnaire de la direction de la protection des populations de la Loire.

Il ne s'agit pas d'une construction. Les animaux sont déjà là, les bâtiments aussi, de même qu'une unité de méthanisation. L'exploitation fait vivre aujourd'hui trois familles d'agriculteurs, deux frères et un des fils réunis en Gaec, groupement agricole d'exploitation en commun monté en 1996. L'été prochain, ils seront même quatre associés car un autre jeune les rejoint. 

On ne va pas avoir trois chèvres et quatre moutons pour vivre de notre métier, quand-même ?

Combien d'animaux y aura-t-il à terme ? L'arrêté titre sur 750 animaux.  "C'est une norme qui va de 550 à 750 animaux, c'est un maximum, ça ne veut pas dire qu'on y arrivera !" lance Jean-Louis Delorme, un des co-gérants. Lui, son frère et son fils veillent en ce moment sur 500 veaux et une centaine de vaches. "On n'a pas le choix, il faut bien qu'on développe l'exploitation, qu'elle soit rentable. Ce n'est pas une mais quatre familles qui vont en vivre", continue l'éleveur qui renvoie au prix pratiqué dans la distribution. Le groupement cultive aussi des céréales sur un peu plus de 190 hectares sur Chambéon, Magneux-Haute-Rive, Feurs et Précieux. S'ajoute une unité de méthanisation pour produire du gaz avec le fumier fermenté, unité déjà construite pour un investissement d'1 million d'euros.

On n'a pas le choix ! explique un des co-gérants de l'exploitation.

Une agriculture qui marche sur la tête

Europe écologie les Verts estime que l'exploitation "met tout le monde devant le fait accompli" et invite les citoyens à participer à cette enquête publique qui se termine le 5 février, en mairie de Chambéon ou directement en écrivant en préfecture de la Loire ou en sous-préfecture de Montbrison Le commissaire-enquêteur sera en mairie de Chambéon ce vendredi 29 janvier de 14 à 17 heures, ainsi que le vendredi suivant. 

On est dans la fabrique de viande ! Olivier Longeon, d'Europe Écologie les Verts

Partager sur :