Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Les élections européennes 2019

Loire : le collectif "Pour une nouvelle PAC" évoque une nouvelle agriculture européenne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

A quelques jours des élections européennes, des agriculteurs et des citoyens se rencontrent pour discuter de la PAC, la politique agricole commune. Des temps d'échange sont organisés par le collectif "Pour une nouvelle PAC" pour parler de l'agriculture européenne de demain.

Les agriculteurs échangent avec les citoyens pour parler d'une nouvelle PAC.
Les agriculteurs échangent avec les citoyens pour parler d'une nouvelle PAC. © Radio France - OC

Feurs, France

Une cinquantaine de personnes se sont réunies à Feurs ce mercredi 15 mai pour parler de la PAC, la politique agricole commune. A l'approche du scrutin des élections européennes, le collectif "Pour une nouvelle PAC" propose des temps d'échanges entre agriculteur et citoyens pour faire le point sur cette politique européenne.

Avec pas mal de mauvais points à distribuer, surtout sur la répartition de cette subvention de l'Union Européenne. Une somme de 9 milliards d'euros est donnée à la France pour son agriculture, mais elle est répartie selon les hectares de chaque agriculteur : "Il faut envisager une autre répartition qui ne soit pas plus basée sur les hectares, il y a quand même une grande injustice", souligne Jean-Yves Lyonnet, agriculteur à Balbigny et membre de la Confédération Paysanne. Une répartition qui provoque non seulement des disparités entre les paysans, mais aussi qui va en contradiction avec les préoccupations environnementales actuelles : les bénéficiaires de la plupart de ces aides sont les agriculteurs qui produisent de manière intensive. 

Et pourtant pour Jean-Yves, un tournant vers une agriculture plus écologique est possible : "Au niveau européenne, les aides peuvent être orientées vers des pratiques agro-écologiques. Il faut axer les paiements sur des engagements environnementaux et il faut à travers les aides accompagner les paysans pour ces changements. Il faut que l'environnement ne soit plus perçu comme une contrainte !". 

Mieux aider les productions locales

Aujourd'hui, malgré les aides européennes, les agriculteurs français vivent en moyenne avec 350 euros par mois. Une nouvelle répartition des aides pourrait permettre de mieux aider les paysans à vivre de ce qu'ils produisent : "_On pourrait réorienter vers le local, vers le maraîchage de qualité_. Ceux qui font pousser les légumes ne sont pas aidés par la PAC, alors que ceux qui produisent des céréales pour l'export sont aidés", détaille Nicolas Clair, paysan à Sainte-Foy-Saint-Sulpice et membre de la Confédération Paysanne. 

Parmi les propositions du collectif "Pour une nouvelle PAC", l'idée de productions plus locales et plus raisonnée. Le collectif propose aussi de mieux accompagner ceux qui veulent se lancer dans l'agriculture. Plusieurs rencontres avec les citoyens sont organisées dans toute la France. Le collectif veut alerter les élus européens de la nécessité de changer les choses.