Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire : le virus de la grippe aviaire identifié avec certitude sur les cinq cygnes morts à Arthun

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les cinq cygnes retrouvés morts en début de semaine, sur la commune d'Arthun, dans la Loire, étaient bien porteurs de la grippe aviaire. C'est ce que confirme la préfecture de la Loire, après réception des analyses définitives d'un laboratoire de l'ANSES.

Le virus H5N8 de la grippe aviaire a bien été retrouvé sur les cinq cygnes d'Arthun, dans la Loire
Le virus H5N8 de la grippe aviaire a bien été retrouvé sur les cinq cygnes d'Arthun, dans la Loire © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Un laboratoire de l'Anses confirme la présence du virus de la grippe aviaire, sur les cinq cygnes retrouvés morts en début de semaine, sur la commune d'Arthun, dans la Loire. Les mesures de restrictions et de contrôles décidées lundi soir pour huit communes du Forez restent donc en vigueur. Il s'agit des communes suivantes : 

  • Arthun
  • Boën-sur-Lignon
  • Bussy-Albieux
  • Pommiers
  • Sainte-Agathe-la-Bouteresse
  • Sainte-Foy-Saint-Sulpice
  • Saint-Étienne-le-Molard
  • Saint-Sixte

A ces mesures s'ajoute l’interdiction de la chasse au gibier d’eau et au gibier à plume sur Arthun et les communes avoisinantes. La préfecture doit rendre dans les prochaines heures un nouvel arrêté rappelant ces mesures et précisant sous quelles conditions dérogatoires les produits issus des volailles détenues dans les exploitations de la zone de contrôle pourront être commercialisés.

Les jours à venir sont cruciaux

Dans les jours qui arrivent, les agents de la préfecture vont tenter de savoir si le virus cirucle bel et bien dans le département, en cherchant et dépistant la faune sauvage. Cela ne rassure pas Jean-Christophe Faverjon, aviculteur lui-même et délégué JA dans la Loire : "est-ce qu'on va voir la zone de contrôle s'étendre ? Est-ce qu'on va devoir arrêter les abattages ? C'est toute une filière derrière : des abatteurs, des boucheries, des grandes surfaces, même, qu'on fait vivre."

Il faut à tout prix empêcher une propagation aux élevages. A ce titre, Jean-Christophe Faverjon rappelle que c'est l'homme dont il faut le plus se méfier : "quand on entre dans les exploitations, cela multiplie les risques. Les protocoles pour les intervenants extérieurs, comme les livreurs d'aliment, vont être renforcés." 

À ses yeux, il faut aussi sensibiliser les particuliers : "Nous, en tant qu'éleveurs, on suit des formations en biosécurité obligatoires, tous les cinq ans. Mais pas les particuliers. Eux n'ont pas le même sens du danger." Pour rappel, les professionnels comme les particuliers doivent confiner leurs volailles depuis novembre dernier, dans la Loire comme la Haute-Loire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess