Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire : les rendements de céréales dégringolent à cause de la sécheresse

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les agriculteurs de la Loire sont en pleines moissons. Orge, colza, blé ... quelque soit la céréale, le rendement chute de près de moitié sur certaines parcelles à cause d'un printemps très sec. Petite consolation : la qualité du grain de blé, qui doit permettre de le vendre un peu plus cher.

Comme les rendements sont mauvais depuis trois ans, Raphaël Reynaud repousse les investissements. La nouvelle moissonneuse, ça sera pour plus tard.
Comme les rendements sont mauvais depuis trois ans, Raphaël Reynaud repousse les investissements. La nouvelle moissonneuse, ça sera pour plus tard. © Radio France - Noémie Philippot

Les moissonneuses sont de sorties dans les champs ligériens. L'orge et le colza sont déjà récoltés dans l'ensemble. Il reste encore quelques hectares de blés, mais la moisson n'est pas bonne. L'année a été très sèche dans l'ensemble, il y a eu des gelées tardives début avril : ce cocktail fait chuter les rendements par hectare. 

Peu de blé, mais un grain de qualité

Devant l'un de ses champs de Sury-le-Comtal, le constat de Raphaël Reynaud est sans appel. Le champs est "trop clair", on peut voir le sol et de l'herbe pousse entre le blé. "Cet épis est tout petit, il a manqué d'eau. Celui-ci est un peu plus gros mais normalement il devrait faire deux centimètres de plus. Après le grain, vu qu'il y a eu de l'eau en mai et juin, il est quand même pas vilain."

Maigre consolation : la qualité du grain qui a pu profiter des pluies de mai et juin, même si certains sont quand même atrophiés à cause de la sécheresse.
Maigre consolation : la qualité du grain qui a pu profiter des pluies de mai et juin, même si certains sont quand même atrophiés à cause de la sécheresse. © Radio France - Noémie Philippot

Sur certaines parcelles, Raphaël Reynaud perd la moitié du rendement. Alors la qualité du grain, c'est une petite consolation : "Quand il manque la moitié du revenu, c'est très dur donc quand on vend du grain dix euros de plus parce qu'il est joli, c'est pas énorme mais ça revalorise un petit peu."

Réduire les frais et stopper les investissements

Alors toutes les solutions sont bonnes pour réduire les frais. Une partie de la récolte est triée pour être resemée l'année prochaine : "Je vends mon grain 150 euros la tonne et quand je rachète de la semence, je la rachète 700 euros la tonne donc même en ayant du travail pour trier, ça fait une grosse économie au niveau charge à l'hectare."

Mais cela fait trois années de suites que les rendements sont mauvais. Raphaël Reynaud est donc contrait de stopper les investissements. Il ne peut par exemple pas acheter une nouvelle moissonneuse : "Je l'ai achetée 50.000 euros d'occasion, il y a dix ans que je l'ai. Ça fait deux ans que je veux la changer. Je ne l'ai pas fait donc j'ai fait des frais pour la tenir en état et on attend des années meilleures. Seulement, ça s'use et c'est pas toujours au top pour travailler."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess